VU, LU AILLEURS

Nouvelles approches des maux du travail

23 septembre 2009

Dans la vie des idées, Pascal Marichalar part de deux numéros récents de Mouvements et de la Revue d’histoire moderne et contemporaine pour analyser le traitement politique des maladies professionnelles, dont on fait si peu  de cas alors que le « risque zéro » est devenu obligatoire en d’autres domaines.

Dès lors, l’universitaire qui souhaite contribuer à l’évolution des conditions de travail peut faire le choix de la pure rigueur scientifique irréprochable de l’expert, afin que ses travaux puissent un jour être réutilisés par des militants et des avocats de salariés sans courir le risque de se voir attribuer une étiquette « rouge » qui nuirait à leur efficacité. Une telle attitude est d’autant plus indiquée qu’il apparaît clairement qu’aujourd’hui en France, comme aux Etats-Unis, au Japon ou en Italie, l’instrument principal de la transformation des conditions de travail est l’arène judiciaire, dans laquelle des salariés auront sans nul doute besoin de l’appui de chercheurs prêts à jouer le jeu de l’expertise indépendante.

Lire la suite.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens