VU, LU AILLEURS

Les évolutions en Chine depuis les jeux Olympiques

6 septembre 2009

Deux articles parus dans le journal La Croix du 17 août 2009, qui dressent un bilan contrasté des évolutions en Chine depuis les Jeux Olympiques de 2008. Car même si l’ouverture promise envers les minorités et les cultures étrangères n’a pas été accomplie, le monde extérieur semble davantage pris en compte par les Chinois. Il n’est toutefois pas fait état de l’impact direct des Jeux sur les défenseurs des droits de l’homme, dont deux, le Dalaï-Lama et Hu Jia, sont citoyens d’honneur de la ville de Paris.

« Un an après ses Jeux, la Chine s’est refermée » par Tristan de Bourbon
Lors de ces dix-huit derniers mois, le climat politique s’est aussi sensiblement dégradé. Les portes de la Chine et des citadins chinois, les plus perméables à la propagande gouvernementale, se sont encore un peu plus refermées. Les tensions ethniques, au Tibet et plus récemment au Xinjiang, ont accru le sentiment d’insécurité de l’élite chinoise. L’unité du pays demeure en effet un pilier de la légitimité de son maintien au pouvoir, et toute attaque à sa notion de « grande Chine » lui paraît donc insupportable.

« En Chine, les changements espérés n’ont pas eu lieu » par Julien Mieral et Clary de Plinval
Jean-François Julliard, secrétaire général de RSF, relève cependant un « point positif, l’impact qu’ont eu les Jeux sur la manière des journalistes chinois de travailler et d’appréhender l’information : ils se veulent plus modernes ». Certains titres se montrent plus critiques sur des questions de société ou d’économie, surtout dans la province de Canton (sud). Mais ils ne tentent jamais de violer certains tabous absolus, comme la politique du président Hu Jintao ou le monopole du Parti communiste.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens