LES ÉDITOS

21 avril 2002-22 avril 2012

27 février 2012

C’était il y a dix ans, et le coup de tonnerre résonne encore : le candidat socialiste était écarté du second tour de la présidentielle, devancé par l’extrême droite. Le débat démocratique était tronqué, la dignité républicaine meurtrie, et notre conscience collective en est toujours blessée.

Aujourd’hui, à deux mois du premier tour, les esprits semblent s’enfermer dans le spectacle d’un duel annoncé. Je voudrais attirer l’attention sur un autre danger, sur un autre risque. Ce danger, ce risque s’appelle toujours Le Pen. Il menace toujours les fondements mêmes de notre démocratie. Et il est accueilli avec une nonchalance et une négligence qui frôlent parfois la bienveillance.

Marine le Pen, ce qu’elle incarne, ce qu’elle représente, est incompatible avec la France. Le mouvement qu’elle dirige, et dont elle n’a renié ni l’histoire, ni le discours, ni les dérives, est fondamentalement intolérant, xénophobe, et inspiré par la seule haine de l’autre. Depuis cent ans, de l’Action française à Vichy et de la guerre d’Algérie au lepénisme, il n’a été que rejet, repli, souillure sur les valeurs collectives qui font que la République est la République et que la France est la France. Si, à la faveur de ces temps brouillés où la crise exacerbe les rancunes et atténue les repères, le Front national trouvait son chemin, ce serait une défaite- pour tout le monde. Et d’abord pour l’honneur de notre pays.

La candidate du Front national abuse de la confiance, de la détresse et de la souffrance des plus modestes. Elle leur marchande des mensonges. Elle leur vend l’illusion d’un retour au franc qui mettrait notre économie à genoux en augmentant l’inflation et la dette de 30 à 40%, et en faisant fuir les épargnants. Elle ne leur propose rien sur le logement, qui constitue pourtant une des préoccupations principales de nos concitoyens. Elle leur annonce un prétendu programme fiscal qui, dans la faible mesure où il a une orientation, ne sert qu’à enrichir les riches. Elle usurpe des idées et des mots conçus pour rassembler- la laïcité, l’égalité hommes femmes – pour en faire des instruments de division et de stigmatisation. Elle navigue à vue sur la misère des plus fragiles.

Ce courant de pensée qui n’a jamais aimé notre pays ni dans son héritage historique ni dans son irréductible pluralité, et qui vit dans la nostalgie de ceux qui l’ont trahi, ce mouvement qui est la véritable « anti-France » dans la mesure où il bafoue ses principes autant que ses intérêts, doit être ramené par le peuple à ce qu’il est en réalité : un groupe d’agitateurs aigris, aux propositions incohérentes et exploitant la misère sociale.

Oui, c’est au peuple de préférer les solutions du progressisme aux exutoires de l’extrémisme. C’est au peuple de réédifier les digues qui mettaient l’extrême droite aux marges de la République, ces digues que le pouvoir actuel a abolies : rappelons qu’au second tour des cantonales de 2011, l’UMP avait refusé de choisir entre les candidats FN et les candidats socialistes. La gauche a une autre idée de la République ; elle n’avait pas hésité, elle, au second tour de la présidentielle de 2002. Et elle doit tout faire, avec l’ensemble des Français, pour que le tragique souvenir du 21 avril appartienne, définitivement, à l’Histoire.


Bertrand Delanoë

4 commentaires à “21 avril 2002-22 avril 2012”

  1. ma première “militance” a été ,pour mes 20 ans,en 1956 de m’inscrire à la Ligue des Droits de l’Homme pour lutter contre Le Pen et ses sbires.Un bien jeune homme ,Bertrand Delanoë,y militait; et avec Madeleine Rebérioux un groupe a travaillé “contre la montée de l’extrème droite”…Philippe Durand ,Pierre Joxe “en” étaient …Quelle satisfaction que notre persévérance ,quelle douleur ou amertume qu’il faille encore répéter!!!….Haut les coeurs …….la vermine ne doit pas passer !

  2. SCHACHTEL Bruno dit :

    Bravo pour cet éditorial auquel je ne puis qu’adhérer à 200% et qui recoupe les arguments citoyens que je développpe quotidiennement.
    Bruno SCHACHTEL
    Ancien Proviseur de l’ESAA BOULLE
    Membre de la section PS MEN

  3. Même si mr Delanoë nous a beaucoup déçu , nous les commercants , particulièrement les ” petit marchand” il est effectivement primordiale des le premier tour de ” voter” tout d’ abord , utile ensuite pour la vrai démocratie parisienne et nationale . Vous remontez dans mon estime Monsieur …. Merci

  4. Jean-Yves Aebischer dit :

    A ce commentaire, il faut ajouter un Nicolas Sarkozy aux abois qui multiplie les appels directs à l’electorat frontiste, parce qu’il sait que la Gauche (et ce ne sont pas les sondages mais de réelles élections) a remporté TOUS les suffrages depuis 2008 (municipales/cantonales, européennes, régionales et, excusez du peu, sénatoriales), que, depuis la crise de 2008 TOUS les Chefs de gouvernement ou d’Etat qui se sont présentés ont étés balayés… Raison de plus pour voter Hollande DES le premier tour…

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens