CE QUI EST DIT...

« Bertrand Delanoë a annoncé le projet des voies sur berges lors d’une conférence de presse, sans consultation ni concertation des Parisiens et des élus… »

2 décembre 2010


« Bertrand Delanoë a annoncé le projet des voies sur berges lors d’une conférence de presse, sans consultation ni concertation des Parisiens et des élus. Référez-vous à son programme de campagne. A aucun moment la fermeture des voies sur berges n’y est mentionnée. » (Rachida Dati, 20 minutes, 3 novembre 2010)


« Nous entendons travailler à une reconquête progressive des voies sur berges. Comment admettre que ce site unique puisse demeurer indéfiniment à l’état d’autoroute urbaine ? (…)C’est une vraie ambition urbaine qui motive un tel projet : recréer les conditions d’une qualité de vie sur chacun des tronçons reconquis, rénover les lieux, développer des activités diverses toute l’année comme Paris Plage en donne l’illustration féconde une fois par an et permettre ainsi à chacun de se réapproprier cet espace remarquable. » (Programme de mandature de Bertrand Delanoë pour les municipales de 2008, page 20)

6 commentaires à “« Bertrand Delanoë a annoncé le projet des voies sur berges lors d’une conférence de presse, sans consultation ni concertation des Parisiens et des élus… »”

  1. l'hérétique dit :

    Elle a raison, Rachida Dati : vous parlez de reconquête mais pas de fermeture des voies sur berge, même si je m’y attendais (bien une des raisons pour lesquelles je n’ai pas voté pour vous, cette fois, d’ailleurs…)

    • hipparkhos dit :

      J’ai du mal à comprendre ta remarque. Quelle forme pourrait donc avoir cette reconquête ? Il est bien question de ne plus avoir d’autoroutes urbaines et de pouvoir développer toute l’année des activités au lieu de n’avoir que Paris Plage l’été. Cela implique de manière très claire la fermeture totale de la circulation sur les berges. Je ne peux comprendre cet extrait du programme autrement…

  2. l'hérétique dit :

    @Hipparkhos
    Je n’approuve évidemment nullement la “reconquista” à laquelle rêvent Monsieur Delanoë et ses amis. Mais, pour te répondre, on aurait pu imaginer une limitation de la vitesse en zone 30, des passages piétons et une seule voie, par exemple.
    Paris est la ville la plus mal classée du monde pour sa circulation ; le programme délirant des verts et de la majorité de l’Hôtel de ville aggravera la situation dans des proportions phénoménales.

    • Kit dit :

      Paris est la ville la plus mal classée car la voiture l’a envahi sans prendre en considération l’architecture globale de la ville. Les élus de l’époque disaient ” La ville s’adaptera à la voiture”. Beau programme! Un projet d’autoroute 4 voies était prévu sur le canal St Martin ! Là, c’est sûr, Paris aurait été numéro 1 pour sa circulation.. Heureusement que ce projet est passé à la trappe.
      Il est temps de rendre la ville aux piétons, de pouvoir parler sans être obligé de crier dans la rue, de pouvoir respirer un peu mieux..
      Les voies sur Berge m’ont profondément choqués la première fois que je les ai vu. C’est une aberration qu’il faut vite rectifier.
      Oui, et mille fois oui !

      • LAFONT dit :

        L’aberration c’est de croire qu’une ville peut vivre sans voiture.
        Paris est en train de devenir une ville pour oisifs, retraités et fonctionnaires.
        Les gens qui travaillent et qui ont des enfants et aussi des choses ou des personnes a transporter ou tout simplement ne peuvent pas monter des volées d’escalier se trouvent prisonniers…
        Avant les travaux je laissais ma voiture Gare du Nord pour aller à Lille en TGV, maintenant j’y vais en voiture c’est pas plus long.
        Pour aller de l’ouest de Paris à la Gare de Lyon il faudra ajouter 1/2h de périphérique et 8 kms, donc plus de pollution et de temps perdu.
        Les voitures polluent plus au feu rouge et a chaque démarrage qu’en traversant les voies sur berges.
        Evidemment M. DELANOE ne sait pas ce que c’est que d’avoir une femme, des enfants et pas de chauffeur avec escorte pour se déplacer.

  3. alex67 dit :

    Pour déterminer l’impact de la fermeture des voies sur berges, sur la circulation (élément déterminant, s’il en est), la Mairie a produit des simulations d’”experts” estimant à 6 minutes le temps perdu pour une traversée d’est en ouest. Je m’étonne que personne ne s’appuie sur le retour d’expérience des fermetures, lors des crues (comme c’est actuellement le cas). Que les berges soient fermées pour cause de crue ou de boite de nuit produit le même impact sur la circulation. Il suffit donc de constater (et quantifier objectivement) les gigantesques embouteillages créés par les fermetures des berges pour se faire une idée assez précise de l’impact qu’aurait la mise en oeuvre de cette mesure. Je concède 3 défauts majeurs à cette méthode du retour d’expérience : elle est simple, fiable (car non fondée sur des hypothèses) et peu onéreuse, ce qui devrait la disqualifier aux yeux des énarques, technocrates, experts et autres auto-proclamés sachants.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens