ACTUS

Paris vote le coup d’envoi de la rénovation de la place de la République

30 mars 2010

PARIS, 30 mars 2010 (AFP)


Le Conseil de Paris a voté mardi le coup d’envoi de l’aménagement de la place de la République, l’une des plus grandes de la capitale, pour la transformer en un lieu “chaleureux” en redonnant la place aux piétons et en regroupant la circulation sur la partie sud.


En votant la maîtrise d’oeuvre pour l’aménagement de cette très grande place de 34.000 m2 “où l’on peut coucher la tour Eiffel”, le conseil municipal a aussi autorisé la ville à attribuer le marché à son mandataire, les architectes du groupement Trevelo et Viger-Kohler (TVK).


“Un des principaux enjeux de l’aménagement réside à faire de cette place une grande place populaire du XXIe siècle, appropriable par les piétons, dotée de grands espaces”, selon la délibération du maire de Paris (PS) Bertrand Delanoë, l’UMP ayant voté contre.


Cette vibrionnante place en forme de gigantesque rond-point, envahie par la circulation, devrait faire peau neuve à l’échéance du printemps 2013, pour une somme de 17,5 millions d’euros.

“Il s’agit d’un projet majeur pour Paris”, a déclaré Annick Lepetit, adjointe chargée des déplacements et présidente du jury qui a élu en janvier l’équipe TVK.


Au nom des Verts, Jacques Boutault, maire du IIe arrondissement, a salué un “projet d’aménagement ambitieux avec un parti pris original”, estimant toutefois qu’il peut être “amélioré”.

“En rapportant vers le sud l’ensemble de la circulation qui jusqu’à présent se déroulait tout autour de la place”, le projet risque selon lui de “ramener plus de voitures là même où il conviendrait d’en réduire le nombre”. *


Claude-Annick Tissot (UMP), conseillère du XIe qui avait choisi un autre projet, a de son côté déploré “la création d’une véritable autoroute urbaine avec un axe routier de sept voies côté sud”.

Elle a aussi avancé “la coupe de très nombreux arbres centenaires”, avant de recevoir une réplique cinglante du maire: “non, vous n’avez pas bien regardé, on ne coupe aucun arbre!” a dit Bertrand Delanoë.


En effet, les architectes des bâtiments de France ont demandé que les arbres ne soient pas coupés, après avoir pris connaissance des plans. La municipalité avance même 30% d’arbres en plus.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens