ACTUS

L’avenir de la pédiatrie à l’AP-HP

17 juin 2010

A la veille de la réunion des experts sur les orientations de la pédiatrie spécialisée à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris, je tiens à exprimer à toute la communauté hospitalière ma solidarité.


Alors que le gouvernement s’entête dans une logique étroite, fondée uniquement sur une approche financière, je redis, avec solennité, que l’hôpital ne doit pas obéir à des considérations de court terme, mais être dédié à la santé de tous.


Dans cette institution de renommée internationale, qui a toujours su allier excellence de la recherche et qualité des soins de proximité, où des milliers de professionnels de la santé témoignent au quotidien de leur engagement auprès des malades, le gouvernement a réussi le tour de force de créer un climat de malaise et de tension délétère tant pour les patients que pour les personnels. Il existe aujourd’hui une vraie souffrance au travail au sein de l’AP-HP. Le gouvernement porte une lourde responsabilité dans cette situation de blocage et prend le risque de fragiliser la qualité des soins.


Je suis particulièrement inquiet du démantèlement programmé de ce centre d’excellence de la pédiatrie qu’est Trousseau. La forte mobilisation des professionnels de cet hôpital, soutenus par les élus de gauche, a permis qu’une réflexion sur l’organisation de la pédiatrie spécialisée à l’AP-HP soit organisée.


Je ne doute pas que cette réflexion prendra aussi en compte la vive émotion qu’a suscitée l’éventuelle restructuration de ce grand hôpital métropolitain. La collectivité parisienne portera
toujours l’exigence que les enfants, et plus particulièrement ceux qui sont rendus vulnérables par la maladie, puissent être soignés à la mesure de leurs besoins, et non en fonction de la seule logique comptable.


Je souhaite donc que l’hôpital Trousseau soit respecté, et que les orientations proposées ne mettent pas en péril son intégrité et son efficacité.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens