ACTUS

Delanoë veut voir les librairies à nouveau fleurir dans le quartier Latin

1 juin 2010


Paris, mardi 1er juin 2010 (AFP)


Le maire PS de Paris Bertrand Delanoë et son adjointe au commerce Lyne Cohen-Solal ont médiatisé mardi un plan de réouverture de librairies dans le quartier Latin pour enrayer leur disparition, ces enseignes incarnant “une part de l’âme intellectuelle de Paris”.


En visitant mardi l’unique librairie hispanophone restante de la capitale, “El Salon del libro”, ouverte en janvier après avoir été un magasin de hi-fi, Bertrand Delanoë a déclaré : “les commerces culturels qui ne rentrent pas dans la massification sont menacés. On est une des villes au monde qui a le plus de commerce de proximité, c’est de l’économie, de l’emploi mais c’est aussi un art de vivre”.


“Je ne peux pas accepter que des quartiers comme le Ve et le VIe qui sont une part de l’âme intellectuelle de Paris soient livrés à des grands groupes”, a-t-il ajouté.


La ville de Paris a confié en 2008 une mission à la Semaest, société d’économie mixte de l’est de Paris, reconquérir de nouveaux locaux dans le quartier Latin pour y installer des libraires indépendants.
La Semaest a acheté 9 locaux (dont 3 déjà préemptés), a-t-on précisé à la mairie de Paris.


“Notre mission consiste à enrayer la chute du nombre de librairie implantées ici historiquement, en lien très fort avec les universités et les maisons d’éditions”, a expliqué à l’AFP Jean-Paul Albertini, directeur général de la Semaest.


Selon un spécialiste, dans le quartier Latin “il y avait 300 libraires il y a 15 ans, il y en avait moins de 200 il y a 4 ans et il n’y en a plus que 150 aujourd’hui” mais “on réinverse la tendance actuellement”.


“Ces librairies ont été confrontées ces dernières années à une hausse des loyers dans le quartier qui font qu’elles ont disparu en assez grand nombre” a ajouté M. Albertini.


Lyne Cohen-Solal, adjointe PS au maire de Paris, a souligné que la mairie a mobilisé 30 millions d’euros pour cette opération.


“Ce qu’on veut faire avec cette politique (…) c’est racheter des murs pour y installer des libraires parce que dans ce quartier il y avait 300 librairies sur les 1.000 de Paris et elles ont du mal à résister”.

Un commentaire à “Delanoë veut voir les librairies à nouveau fleurir dans le quartier Latin”

  1. EricB dit :

    “« Je ne peux pas accepter que des quartiers comme le Ve et le VIe qui sont une part de l’âme intellectuelle de Paris soient livrés à des grands groupes »”

    Mais vous pouvez sans aucun probleme accepter que des arrondissements entiers (18, 19, 20me) soient livrés à des gangs salafistes qui vident peu à peu les habitants de ces quartiers pour les remplacer par des nouvelles populations “homogenes”…. Que des rues entieres soient régulierement monopolisées par des religieux au mépris des lois les plus basiques et du principe de laïcité qui constitue une valeur fondamentale de notre République?

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens