ACTUS

Autolib’ : Interview au Parisien

5 décembre 2011

A qui s’adresse Autolib’? Aux propriétaires de voitures — moins d’un ménage parisien sur deux — incités à s’en séparer ou aux autres?
BERTRAND DELANOË. Autolib’ n’a pas été imaginée pour une clientèle déterminée. Son objectif est de rendre la ville plus libre, plus accessible, plus adaptée à tous les usages. Autolib’ s’adresse à ceux qui peuvent avoir un besoin ponctuel de voiture, que ce soit pour un déplacement professionnel, pour accompagner des enfants, pour faire des achats lourds. Mis en place avec 46 communes de la métropole, il s’inscrit dans l’objectif d’offrir une vraie palette de solutions de mobilité non polluantes pour se déplacer en ville, plutôt que de faire usage de son véhicule personnel.


Quel impact sur la pollution peut-on en attendre?
Chaque véhicule Autolib’ est 100% électrique, c’est-à-dire qu’il ne produit aucun gaz à effet de serre. Ajoutons qu’Autolib’, qui est un dispositif silencieux, lutte contre l’une des pires pollutions urbaines : le bruit.


Les écologistes qualifient Autolib’ de « fausse bonne idée », qui ne fera que renforcer le trafic des véhicules individuels…
Je pense exactement le contraire. Leur reproche est qu’Autolib’ n’obligera pas l’utilisateur à ramener le véhicule au point de départ. On pourra faire l’aller en voiture, mais pas forcément le retour. C’est cette souplesse qui rend le service performant et peut convaincre des usagers d’abandonner leur véhicule individuel. Cela fera moins de voitures stationnées dans nos rues, moins d’embouteillages, moins de pollution.


Les problèmes de vandalisme sur les Vélib’ avaient conduit la Ville à relever sa participation financière au dispositif. Le même risque existe-t-il pour Autolib’?
Le risque est réel et il a été anticipé. Les matériaux sont les plus résistants possible. Le contrat prévoit des dépenses de réparation et d’assurances à hauteur de 3000 € par voiture et par an, entièrement prises en charge par l’entreprise. Les moyens humains mis en place sont d’ailleurs importants et ils apportent une garantie précieuse de vigilance et de sûreté.


Les Autolib’, très accessibles à tous, seront-elles dangereuses pour les piétons, les cyclistes, les autres usagers de la route?
Avant d’emprunter un véhicule, chaque usager doit confirmer que son permis est bien valide. Les véhicules Autolib’ sont, en outre, tous dotés d’un bruiteur qui permet au conducteur de signaler sa présence. Mais nous comptons également sur la vigilance des piétons, des cyclistes et des automobilistes, qui devront prendre en compte ces nouveaux véhicules. Autolib’, c’est une nouvelle façon d’apprendre à vivre ensemble.


Interview réalisée par Benoît Hasse

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens