RESPIRATIONS

Rosh Hashana et Ramadan

6 septembre 2010



Les hasards du calendrier ont voulu que, le même soir –jeudi dernier- j’adresse mes vœux de Rosh Hashana, le Nouvel an juif, puis que je me joigne à une soirée de rupture du jeûne du Ramadan. Deux grands moments de convivialité, d’amitié, de joie partagée.


Au centre communautaire juif, j’ai le plaisir de retrouver une part extraordinairement vivante du dynamisme de notre ville. Je redis la vigilance et la solidarité de Paris devant toutes les formes d’antisémitisme- cette forme de refus de l’autre que l’Histoire a chargée d’une portée si particulière et si grave. Je suis heureux aussi de célébrer la rencontre entre deux formes d’universalisme : l’humanisme juif et les valeurs de Paris…


Puis, avec les musulmans de Paris, je partage des instants d’émotion et de fête. C’est un plaisir de se retrouver, dans le 18ème arrondissement, aux côtés de mon ami Daniel Vaillant, pour respirer l’air de la fraternité. Je réaffirme, avec force, un engagement qui est pour moi une priorité : la création de l’Institut des cultures d’islam, qui fera connaître la richesse et la diversité du monde musulman. Et je l’assume : cet Institut comprendra, sur un quart de sa superficie, un centre cultuel financé par des fonds privés. Car Paris compte des centaines d’églises, mais le culte musulman, notamment les jours de grandes fêtes religieuses, se pratique trop souvent dans les caves ou dans la rue. Je n’accepte pas cette inégalité, et je revendique mon choix de contribuer à la corriger.


De ces deux moments, je sors plus que jamais convaincu que la force de Paris, son âme, sa sève, c’est sa diversité. Une ville où tout le monde serait semblable serait une cité des ombres. C’est la rencontre entre des traditions, des cultures, des vies, bref des différences, qui fait la vitalité et l’unité du peuple de Paris.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens