RESPIRATIONS

Paris et l’art

26 octobre 2009

Je me suis rendu vendredi au carré du Louvre à la Fiac, accompagné de son commissaire Martin Bethenod, à qui nous avons demandé de préparer la prochaine “Nuit blanche”. Ce qui me frappe d’emblée, c’est la jeunesse de bien des galeristes et des artistes qui me sont présentés. Leurs oeuvres dégagent aussi une vivacité et témoignent d’une originalité souvent saisissantes. J’entends parfois dire que Paris serait à la traîne en matière d’art contemporain. Je n’ignore pas les difficultés, notamment fiscales, qu’affrontent ceux qui travaillent sur le marché parisien et je souhaite que les pouvoirs publics fassent tout pour les aider.
La Fiac et les nombreuses foires parallèles démontrent néanmoins le contraire : Paris est un lieu particulièrement attractif pour l’art et, dans cette période de crise, sans doute parce qu’on y a un peu moins spéculé qu’ailleurs, elle reste une place solide. Le public ne s’y trompe pas, qui est là massivement. Au coeur de l’histoire de Paris et de sa vocation.
Je me faisais la même réflexion lundi dernier lorsque je suis passé remercier les mécènes du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris : hissé à un niveau mondial par Suzanne Pagé, qui l’a marqué d’une empreinte indélébile, il a renforcé encore son rayonnement et son dynamisme grâce à la personnalité de Fabrice Hergott qui le dirige avec talent et efficacité. Je suis frappé de voir à quel point les expositions qui y sont proposées sonnent juste ; la dernière en date “Deadline” présente les toiles de peintres à l’approche de leur mort: dans la diversité de leur style, une même inquiétude les réunit. Là aussi, sur la colline de Chaillot, Paris montre avec force sa capacité à faire événement et à rassembler par l’art.

Un commentaire à “Paris et l’art”

  1. Aymeric dit :

    Monsieur le Maire,

    Vous étiez naturellement convié à la Fiac et vous n’avez donc pas payé l’entrée. Beaucoup de gens ne payent d’ailleurs pas l’entrée.

    Mais, puis-je me permettre de vous indiquer que pour le simple amateur d’art contemporain qui dispose de faibles ressources, le prix d’entrée de la Fiac est extrêmement élevé.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens