RESPIRATIONS

L’institut des cultures d’Islam

14 septembre 2009

Jeudi 10 septembre à la Goutte d’or. Une visite de l’Institut des cultures d’islam en phase de préfiguration. C’est le lancement des veillées du Ramadan. Un véritable festival, désormais, à la programmation sensible et audacieuse. Chaque jour jusqu’au 19 septembre seront proposés, du milieu d’après-midi à la fin de soirée une riche palette d’expositions, de spectacles pour enfants, de conférences ou de concerts, avant qu’un Meddah (conteur) ne vienne clore la veillée, sans terminer son histoire, pour donner rendez-vous le lendemain. Veiller et s’éveiller ensemble, selon la jolie formule des organisateurs. S’ouvrir à la Turquie, dont c’est la Saison en France, et rêver au ciel et à la lune, inspirations majeures de la civilisation islamique.
L’atmosphère est chaleureuse, curieuse, détendue. C’est toute la réussite du très novateur projet qu’est l’ICI de mettre tout le monde à l’aise, croyants ou pas, en donnant à voir d’étonnants talents populaires et contemporains. Un seul regret dans nos coeurs, l’absence de notre ami Saïd Bouziri, merveilleux militant des droits de l’homme, qui s’était très tôt engagé pour la réussite de l’ICI. Ces veillées lui sont dédiées.

2 commentaires à “L’institut des cultures d’Islam”

  1. Akkari dit :

    Bonjour,

    Je tiens à remercier la ville de Paris, l’institut des cultures d’islam et toutes les personnes de près ou de loin qui ont organisé la veillée du ramadan du 19 septembre 2009

    une soirée inoubliable!!

    Merci Mr Delanoe.

  2. vvolodia dit :

    J’aurai apprécié que l’argent destiné à ce concept “culture d’islam” serve à d’autres choses.
    Ce cultuel qui camoufle du culturel est choquant. N’avons nous point un musée du monde arabe sur les bords de la Seine? N’est-ce point suffisant?
    Un partie des rues du 18em arrdt sert de mosquée en plein air, les passants sont dérangés, obligés de marcher sur la chaussée, les femmes non voilées interdites, m’a-t-on dit, de se promener aux heures de prière dans certaines rues.
    Ce qui est bon pour Bizerte ne l’est pas pour Paris, Monsieur le Maire ; et nous sommes nombreux à désirer que Paris retrouve sa fonction de capitale de la France, et cesse d’être ce que vous voulez peut être qu’elle soit, la capitale du monde arabe.

    La manière dont vous avez financé ce centre “culturel” n’est pas clair ; est-ce que le montant de la “location” de la mosquée couvrira son coût de construction? Vous nous amusez avec des comptes et des décomptes auxquels personne ne comprend rien.
    Et en tant que française habitant Paris et y payant mes impôts locaux, je suis en droit d’exiger des comptes précis, ce que je fais par la présente.
    Et j’espère que vous me répondrez, nous sommes nombreux à l’espérer.
    sincères salutations

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens