RESPIRATIONS

D’autres vies que la mienne, d’Emmanuel Carrère

11 septembre 2009

emmanuel carrere

 

“Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement”. Emmanuel Carrère fait mentir La Rochefoucauld. Dans ce livre bouleversant, la mort est partout présente, au coeur de la vie. On la regarde s’immiscer dans l’existence la plus quotidienne, faire son chemin, laisser des répits, et avancer, inexorablement, comme une marée. Et alors on voit ce qui reste, c’est-à-dire l’essentiel. L’épreuve de la maladie et du deuil apporte la réponse la plus évidente aux questions les plus immédiates: qu’est-ce qui compte réellement? à qui est-ce que je tiens vraiment? qu’est-ce que je dois avoir accompli avant d’avoir fait mon temps sur la Terre? Vivre c’est apprendre à aimer, et à mourir. Merci à Emmanuel Carrère de le dire de façon si douce et si simple.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens