RESPIRATIONS

Bizerte

4 septembre 2009

Bizerte

Cet été, comme chaque année, trois semaines apaisantes à Bizerte. Bonheur simple de l’enfance retrouvée. Présence sereine et sans tristesse, des parents disparus. C’est aussi, dans ce pays que j’aime, une alchimie singulière entre la chaleur, les couleurs, les parfums et l’affection. Ce temps là équilibre toujours l’intensité de mes semaines parisiennes. Paris, Bizerte, une harmonie intime, pour vivre, tout simplement.

Crédits Photo :http://www.flickr.com/photos/ptital/CC BY-SA 2.0

26 commentaires à “Bizerte”

  1. Baldino dit :

    Si l’on ouvrait mon coeur on y verrait gravé le nom de Bizerte. école st Louis, lycée Stephen Pichon, rue Amiral Lacaze, plage du sport nautique,(interdite aux non Français, dont nous étions) pèche dans le canal, pic nic au Remel, zarzouna de mes grands parents Nostalgie vivante de mon enfance merci M.Delanoë d’entretenir cette douceur de vivre, et notre Tunisie chérie d’hier et d’aujourd’ui

    • margueritte dit :

      Le snb etait aussi interdit à ceux qui ne faisaient pas partie de la nomenclatura
      aisée

      • Baldino dit :

        Tout à fait exact, le SNB, était interdit et une barrière de barbelés plongée dans la mer, marquait la “frontière” si éventuellement il nous prenait l’idée d’y aller.J’ai connu cet endroit lors d’un voyage en 1970 seulement.La ségrégation était de mise là aussi

        • Richard dit :

          En 1958, les barbelés n’existaient pas encore. La différence à l’époque n’était pas français-arabe mais riche-pauvre. Il y avait les gens aisés qui étaient au SNB et avaient une cabine pour se changer et les autres, dont moi et ma famille, qui étaient sur la plage publique.
          Il n’y avait pas de barbelés car, depuis la plage publique, j’allais au SNB rejoindre un de mes cousins ( ma tante avait le restaurant “La Réserve ” a côté de la Place Madon et “avait les moyens”) en passant par la plage. Les barbelés sont venus plus tard. Avec le projet de Marina tout cela va disparaître. Salutations bizertines.

    • Crivello dit :

      J’ai également habité à Bizerte au 3 rue Amiral Lacaze, élève au petit séminaire St. Louis, puis Stephen Pichon, l’accès au SNB m’était possible parce que je donnais le nom de mon oncle. A Zarzouna il y avait ma tante maternelle, ce qui m’a rapidement permis, tout jeune, d’avoir mes 2 bacs. Toi aussi Sébastien ?

  2. gharbi dit :

    bonjour ,
    j’ai renconté bertrand sur le port de bizerte lieu ou je me ressource chaque été , mon epouse a été seduite par la ville et nous y avons acheté une maison arabe (dans la medina).

  3. fretin dit :

    s’il aime tant ce pays qu’il y reste
    moi j’aime la France et je ne fais pas la pub pour un pays étranger
    dont les français originaires de ce pays sifflent la marseillaise

    on veut des politiciens qui aiment les français
    c’est le minimum !

  4. Je n’ai pas encore la chance de connaitre ce pays. Ne tombons pas dans le chauvinisme. Ceux qui sont mono maniaques et obsédés par la France n’ont pas confiance en eux, ni en la France.

  5. Jeune Bizertin dit :

    Avec tout le respect que je vous dois monsieur fretin mais je vois pas de problème si monsieur Bertrand aime tant Bizerte c’est sa ville natale et c’est ici ou il a passé son enfance. mais ça n’empêche qu’il est français et qu’il aime la France en premier lieu et aussi Bizerte. Vous savez nous, Bizertins, avons veçu très longtemps avec les français même apres l’indépendance de la Tunisie, la France est restée ici 8 ans encore donc cela a créé une certaine intimité et aussi amour entre nous et les français.
    Enfin cela m’a vraiment choqué, quand je trouve un français qui parle avec ce chauvinisme et cet égoïsme car monsieur Bertrand, l’homme, est pour tt le monde et non plus pour les français c’est tout mais monsieur Delanoë, le politicien, je suis d’accord avec vous qu’il est pour les français, c’est tout!!
    Merci pour votre ouverture d’esprit !!
    Veuillez agréer monsieur mes salutations les plus distinguées !!

  6. Baldino dit :

    La délicatesse et la justesse de ton, en un Français de qualité, de la réponse de “jeune Bizertin” à fretin est un menu de choix !!! Mais donner de l’importance à ce malotru, qui est à lui seul une insulte à la France éternelle, n’est ce pas du temps perdu? Simplement est-ce que parce qu’on aime sa mère on n’aime pas son père ??? et vice versa.
    j’adresse mes chaleureuses et fraternelles salutations à “jeune Bizertin”

    • Imed dit :

      Baldino, j’adhère complètement à votre point de vue, c’est vraiment donner de l’importance à une personne et des idées qui n’en valent pas la peine.

  7. A: Mr DELANOE, Au “Jeune Tunisie” à Mr Baldino…

    Bravo à Mr Bertrand DELANOE, de mettre en avant son attachement à la Tunisie, comme moi même. Bien sur nous sommes Francais, nés en Tunisie, à Bizerte, à Ferryville… et aimons la France, que nos parents et grands parents ont défendu les armes à la mains lors des grands conflits du siècle dernier, comme d’ailleurs de très nombreux tunisiens.
    Ce n’est pas des sifflements effectivement non acceptables lors d’un match, qui peuvent changer les choses. Les Tunisiens aiment la France et les Français, je le constate tous les ans en vacances également, il y a qq chose de magique la dedans, en particulier aujourd’hui les jeunes tunisiens, la génération qui monte, veulent savoir comment vivaient les 3 communautés de la bouche même des européens qui y vivaient, ils veulent confirmation de ce que leurs parents ou grands parents leur ont raconté sur les liens qui unissaient tous les habitants de la tunisie, il veulent comrendre comment les politiques de l’époque ont pu en arriver là.
    Alors ” Jeune Tunisien” comme le dit Mr Baldino implicitement , les Francais aiment bien la tunisie et les francais nés en tunisie tout particulièrement et vous nous le rendez bien lors de nos voyages, pour peu que l’on sache sortir des hotels et rentrer dans les marchés, marcher dans les rues, echanger etc…
    Michel BUSUTTIL
    Webmaster du site http://www.ferryville.free.fr

  8. Les Bizertins qui ont passé une bonne partie de leur jeunesse à Bizerte et qui vivent actuellement dans différents pays du monde ne peuvent pas se débarrasser de ce sentiment ( le bonheur de l’enfance retrouvée) Mr fretin ….
    Il y a des Bizertins : Italiens ,Canadiens ,Français ,Américains ……qui partagent le même sentiment que Mr Bertrand et je suis sûr qu’ils pensent constamment à leur ville natale et ils veulent s’y retrouver un jour . ….

  9. wassila dit :

    je suis une bizertine, je vis à Phoenix (Usa), c est pas trop la nostalgie de Bizerte, mais la nostalgie de mon enfance…..
    Je suis une ancienne élève du lycée de jeunes filles, et aussi l’école des soeurs, dont la directrice s’appelait Soeur Gérard. Voila pour la petite histoire,
    Encore bravo, M.Delanoë.

  10. Boissard dit :

    Il serait intéressant que la compensation carbone de vos voyages en avion soit évoquée. Sans remettre en cause le droit des habitants des pays riches à polluer comme bon leur semble, votre image de dirigeant moderne pourrait souffrir si l’on vous soupçonnait d’une coupable indifférence envers la thématique du développement durable. Bonne vacances.

  11. CURTO Alain dit :

    Au delà de toute autre considération, quelle magnifique privilège d’être né, d’avoir vécu et (pour ceux qui ont la Baraka) d’y vivre toujours, dans NOTRE Bizerte si cosmopolite où nous avons appris depuis tout petit à cotoyer toutes les races qui, en fait, n’en faisait qu’une. Rappelez vous !! On s’amusait, on se disputait, on était faché à mort, on entrait dans la maison d’un copain qui n’était “plus mon copain”, sa maman nous grondait tous ensemble, tout en en nous préparant une petite assiette qui contenait un fond d’huile d’olive, nous écrasait un morceau de tomate sur une tranche de pain italien et nous renvoyait tous dehors “parce que j’ai à faire la lessive” et nous reprenions nos jeux tous ensemble…Le lendemain on se retrouvait sur les bancs du Collège Stephen Pichon et la vie continuait. Moi, j’avais comme copains (entre autres) les jumeaux Trullu et le fils (excuses-moi d’avoir oublié ton prénom!!) du menuisier de la rue de Savoie que son père pourchassait pratiquement un soir sur 2 sans jamais réussir à attraper!! Nous, nous habitions au 34 de cette même rue avec la famille Fluchone que nous avons retrouvé plus tard à Paris dans un immeuble aussi cosmo et aussi folklo que Bizerte.
    C’est d’avoir vécu de ces moments tout simples qui nous a aidé à devenir des adultes respectant notre prochain, ne tenant pas compte de ces critères racistes et xénophobes qui régissent notre environnement.
    Merci à Celui qui habite dans le ciel de nous avoir fait naître dans cette ville merveilleuse. Si on le remercie tous en ensemble, nous les Bizertins, Il entendra un bon paquet de langues q’Il a créées, non ???…

  12. En tant que ancien élève d’école des soeurs de BIZERTE je suis fière d’être un francophone arabe . Pour tous ce qui ont fait cette école et qui ont connus (es) soeurs MARIE,PHILIPPE,GERARD,JEAN-BOSCO,ANGELINA,MARIA PRATT et Mr L’ABBE RIGNAUD ou avoir eu comme maîtresse de classe Mme CURTO ainsi que tant d’autres enseignant de cette époque inoubliable, je ne pense pas qu’il renie leur propre ville natale quelque soit sa confession ou origine.A TOUS LES BIZERTINS VOUS SEREZ TOUJOURS LES BIENVENUS CHEZ VOUS .

  13. bouzid med dit :

    je suis bizertin et je disais tjs que tunis est mon pays alors que bizerte est mon chez moi… A propos j’aime bien la presence des français à bizerte car on a bcp de points communs et surtout m bertrand un homme hors paires..modeste,chaleureux…je suis fier qu’il soit né à bizerte et qu’il l’aime bcp et je suis aussi qu’il soit un français modéré et moderne à la fois..
    p.s: il est très élégant voici la france qu’on aime: belle, fiere et modéré.
    merci

  14. ROGER dit :

    J’ai fréquenté diverses écoles de Bizerte.
    Je recherche des photos de classe de l’école saint-louis de 1952/1957, et éventuellement d’anciens élèves de cette époque, dont j’ai oublié leurs noms avec le temps.
    J’y suis rentré du CP CE1 CE2 CM1 CM2 cours supèrieur. J’ai 65 ans.

    Merci

    • Crivello dit :

      A Roger (22 juin 2010 à 13h19) Quand vous écrivez “Ecole Saint Louis”, s’agit-il du “Petit Séminaire Saint Louis” ? Si oui, j’y ai fait les 5 classes que vous citez (en CM2 avec Mlle. Autret), mais je l’ai quitté en 1956 pour le Lycée Stephen Pichon. Dans cette éventualité vous pourrez me contacter à cette adresse : guy.crivello$evc.net (remplacer $ par @).
      Salutations

  15. Karim B Salah dit :

    Personnalité de renom, M.Bertrand Delanoe est le meilleur ambassadeur de cette ville tunisienne et de notre cher pays la Tunisie, qu’il en soit remercié, mais c’est naturel, nous dira-t-il!:) D’autant plus heureux de voir amoureux de Bizerte qu’il a réalisé cette osmose chère à de milliers d’autres bizertins ; y résider. Je suis toujours à l’affût d’images de lui à Bizerte, mais il est tellement discret que l’on retrouve très peu!!:) Etant tunisien de Tunis, on a toujours vu Bizerte et sa régions et sa côte comme un endroit de vacances, de plages sublimes (raf raf, ghar el melh, metline, sidi mechrig, cap serrat, cap blanc, bizerte, etc.). Mais c’est quoi, au fonds, Bizerte pour moi qui suit un habitant de Tunis ; Bizerte c’est la Méditerranée la plus profonde, avec une dimension exceptionnelle, d’ailleurs la population de Bizerte, on le remarque au bout de quelques jours passés là bas, est très hétéroclite ; on retrouve des bruns d’un mélange arabe-berbères, une population aux traits très méditerranéens et enfin de vrais blonds aux yeux verts/bleus (origines grecs, corses, sardes, turcs, gênois, siciliens, espagnols, circaciens, balkans, caucasiens, et dit-on un mélange tardif des russes “blancs” de 1917 et de français). C’est ce qui fait le charme de Bizerte, aux us et coutumes regroupant les peuples de la mer Mediterranée, que l’on retrouve dans sa cuisine succulente très méditerranéenne mais avec une touche savamment épicée qui redonne le goût à la vie. Bref, en tant que tunisien, je suis fier que nous ayons une aussi belle ville au charme inconstestable, attachante et qui demande à ce que ses natifs reviennent car c’est leur ville et ils doivent perpetuer l’attachement de cette terre à leurs descendants. Bizerte se développera comme il faut, j’en suis certain, et aura cet aspect de ville très moderne tout en gardant son cachet particulier, c’est mon souhait.

  16. aballéa dit :

    bonsoir
    j’étais à l’école primaire de l’école st louis de septembre 1954 à juin 1956……..

    • RONTEIX dit :

      Bonjour,
      J’ai fréquenté l’école saint-louis à coté de la cathédrale de 1952 à 1957, dans les classes de CP-CE1-CE2-CM1-CM2.
      J’éais inscrit dans les différentes écoles de Bizerte sous le nom de mon beau-père Viguier, mon père étant décédé lors de la dernière guerre, mon vrai nom et prénom Ronteix Roger.
      J’ai vécu à Bizerte de mai 1945 à juin 1959.
      Mon mail: roger.ronteix@orange.fr

  17. Hu Marie dit :

    bonjour,

    je suis la niece de Do et Toinou Bereni ayant vecu a Bizerte , je recherche des personnes ayant en leur possesion des aquarelles de Do Bereni
    merci de me contacter !
    marie.hu@yahoo.fr

  18. laura E dit :

    Bonjour je m appelle laura, mon pere est né en france d’une mere francaise et d’un pere bizertin. Il a grandit a bizerte. Je n ai plus de contact avec mon pere, et je me pose beaucoup de questions sur mes origines… il est blond aux yeux ambrés… La famille de mon grand pere ne ressemble pas a des berberes de Tunisie, il y a pas mal de blond, de roux… je n ai plus de contact avec eux et je voulais savoir si vous pouvez m’eclairer un peu… Merci beaucoup

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens