VU, LU AILLEURS

“Au cœur de la crise automobile. Nous, futurs précaires Fiat à Melfi”

6 septembre 2009

Sur le site de Café Babel, un reportage de Mario Cerino sur la crise telle que la vivent les ouvriers de l’automobile en Italie du Nord, où Fiat fait encore vivre des milliers de familles.

La solidarité entre ouvriers est bien le point le plus complexe, et le syndicat subit cette réalité depuis des mois. Très exactement depuis que, en pleines négociations entre Confidustria [le Medef transalpin, ndt] et le gouvernement, deux des trois syndicats (CISL et UIL) ont décidé de signer l’accord sans le soutien de la CGIL. « Depuis ce jour-là, ils n’ont pas arrêté de nous éloigner les uns des autres, ils nous divisent de l’intérieur, et un accord qui prenne réellement en compte les intérêts de tous les ouvriers est de plus en plus improbable. Les ouvriers eux-mêmes ne s’en rendent pas compte. Tu leur parles délocalisations et ils te répondent « turnino ». [Le « turnino » est une ingénieuse méthode développée par les industries pour réduire les 3/8, qui consiste à allonger les deux tours de jour pour faire progressivement disparaître celui de nuit, mieux payé que les deux autres, ndlr]. « La vérité, c’est que nous sommes en plein chaos. De Turin à Palerme, personne ne sait ce qui nous attend. »

Lire la suite sur Café Babel.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens