VU, LU AILLEURS

« Muhammad Yunus, le banquier des pauvres »

20 juillet 2010

Nonfiction, « Muhammad Yunus, le banquier des pauvres », par Olivier Cohen-de-Timary (17.07.2010)


Le professeur d’économie et Prix Nobel de la paix Muhammad Yunus vient de publier un nouvel ouvrage sur la mise en place de “social business”. Olivier Cohen-de-Timary nous en dit plus.


« Après ses best-sellers Banker to the Poor et Creating a World Without Poverty, Muhammad Yunus apporte une nouvelle pierre à l’édifice de l’entrepreneuriat social avec son dernier livre Building Social Business. Professeur d’économie, fondateur de la Grameen Bank et Prix Nobel de la Paix, le professeur Yunus est considéré comme le père fondateur du microcrédit et du concept de social business (“non-loss, non-dividend company dedicated to achieving a social goal”). »


Lire la suite sur nonfiction.fr

2 commentaires à “« Muhammad Yunus, le banquier des pauvres »”

  1. Olivier dit :

    Bonjour,

    Vous pouvez également retrouver notre critique sur http://socialter.fr
    N’hésitez pas à prendre part au débat sur la version anglaise de la critique:
    http://socialter.fr/en/book-review-yunus-building-social-business/

    Olivier

  2. Denis dit :

    Bonjour,

    Les banquiers, ne serait-ce pas le problème à la crise actuelle ?
    Et si au lieu de subir la crise, nous pouvions la comprendre un peu mieux !
    Pour cela, un livre fascinant et effrayant existe: “Web of Debt” d’Ellen Hodgson Brown (malheureusement non traduit).
    D’un seul coup tout s’éclaire !

    La crise… une fumisterie totale !

    La solution à la crise: le Savoir.

    Savoir que l’on nous mène en bateau quand on nous dit qu’il n’y a pas de solution à la crise actuelle: endettement, chômage, retraite…

    Savoir que la solution existe et a été plusieurs fois mise en place avec succès mais remise en cause par… (Savoir suivant).

    Savoir que depuis 300 ans, une guerre financière se livre pour le contrôle de la création de l’argent. Que cette guerre gagnée par les banques privées au détriment des états et donc des peuples leurs donne le pouvoir maintenant de jouer avec le Monde aux dépends de tous.

    Voilà de quoi éclaircir les idées et donner envie de changer le monde ! Tout ça dans un livre de 2007 dont la traduction n’est malheureusement pas prévue en France.

    Denis.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens