LES ÉDITOS

Le 17 juin, persistons et signons pour le changement

11 juin 2012

Les Français persistent et signent. Ils veulent le changement.

En dépit des peurs agitées par ceux-là mêmes qui ont mis la France en danger pendant cinq ans, ils se sont très clairement prononcés hier pour une majorité de gauche à l’Assemblée nationale, une majorité forte pour soutenir François Hollande, Jean-Marc Ayrault et le gouvernement.

En ce premier tour des élections législatives, ils ont porté leurs suffrages sur les candidats qui se sont engagés à restaurer la confiance et la croissance pour redresser le pays dans un esprit de solidarité et de justice. Ils ont confirmé leur choix de traverser la crise sans perdre leur âme, avec un Président de la République, un Premier ministre et une majorité parlementaire capables de faire avancer la France sans laisser au bord du chemin aucun de ses enfants ni aucune de ses valeurs fondamentales.

Pour que le redressement dont nous observons les premiers signes se poursuive, il est fondamental d’amplifier les résultats du premier tour en parachevant dimanche prochain l’élection d’une large majorité de gauche à l’Assemblée nationale. Pour que la France ait la chance de vivre concrètement le changement, il est nécessaire que les Françaises et les Français votent encore une fois massivement pour les candidats qui l’incarnent et qui le porteront courageusement à l’Assemblée nationale.

L’heure était hier soir à la satisfaction légitime de voir la direction et la méthode fixées par François Hollande et Jean-Marc Ayrault validées par les Français. Elle est dès aujourd’hui et pour une semaine à la mobilisation. Contre l’abstention d’abord qui prive le changement de la force dont il aura besoin. Contre l’extrême droite ensuite qui se prétend républicaine et sociale pour mieux donner libre cours à ses deux passions véritables : la xénophobie et l’anti-parlementarisme. Contre la droite enfin qui mène sans gloire mais avec brutalité une campagne de reniement et de dénigrement. Face à cette droite à la fois amnésique et passéiste, prolixe et sans inspiration, arrogante et impuissante, il faut jeter toutes nos forces dans la bataille pour faire gagner la gauche : pour une fiscalité plus équitable, pour le pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires, pour des loyers moins chers, pour des hôpitaux accessibles, pour une école qui donne sa chance à chaque enfant, pour une sécurité en actes et non plus seulement en paroles.

Dimanche prochain persistons et signons pour le changement.

Un commentaire à “Le 17 juin, persistons et signons pour le changement”

  1. arzal dit :

    “pour une fiscalité plus équitable, pour le pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires, pour des loyers moins chers, pour des hôpitaux accessibles, pour une école qui donne sa chance à chaque enfant, pour une sécurité en actes et non plus seulement en paroles”

    Soit tout le contraire de votre politique à Paris. Les classes moyennes sont chassées de Paris par votre politique.
    Ne construire que des logements sociaux par idéologie n’aide pas les parisiens à se loger surtout quand ceux-ci sont occupés par des non-parisiens !
    Paris ne crée plus d’emplois. Les entreprises partent en banlieue. Vous livrez la ville aux promoteurs et au clientélisme des associations qui votent pour vous.
    Les monuments historiques et les églises se dégradent et tombent en ruine, faute d’entretien par vos services. Refaire un toit pour Les Halles ne va attirer plus de touristes !

    Que retiendra t-on de vos mandats ? Rien sinon une très forte hausse des impôts locaux dégradant fortement le pouvoir d’achat des parisiens.
    Vous aurez fait avec votre équipe, de Paris une ville détestable, un parc d’attraction sans âme avec des habitants agressifs où l’on risque de se faire agresser quand on est une femme dans certains quartiers le soir par des bandes,une ville toujours aussi polluée et sale malgré l’augmentation vertigineuse du nombre de fonctionnaires.
    Les stations de métro sentent l’urine et le nombre de clochards à tous les coins de rues explose. Normal, quand on taxe de plus en plus les entreprises et tient des propos démagogiques sur les riches et les créateurs de richesse (ces salauds).
    C’est beau de donner des leçons quand on fait tout le contraire à Paris… Paris ne fait plus rêver. Elle se fait distancer par Londres, New York, Berlin, Hong Kong… C’est toute une politique socialiste, collectiviste et d’irresponsabilité qu’il faudrait supprimer.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens