LES ÉDITOS

Intervention du maire de Paris sur le plan départemental d’insertion

30 mars 2010


Conseil de Paris, séance du lundi 29 mars 2010



Mes chers collègues,


Le plan départemental d’insertion, dont nous débattons ce matin, répond à une situation d’extrême urgence. Nous sommes au cœur d’une crise très grave, qui plonge une partie importante de la société française dans la précarité, parfois dans l’exclusion, et presque toujours dans l’incertitude du lendemain. En un an, le chômage a augmenté de 16% et le nombre d’offres d’emploi a diminué de près d’un tiers.


Dans cette situation, l’Etat ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité. Prenons l’exemple, affligeant et révélateur, de Pôle Emploi. Issue de la fusion de l’ANPE et de l’UNEDIC, cette structure était supposée être un grand service public, offrant aux chômeurs à la fois un lieu d’accueil et d’écoute, des interlocuteurs, et des outils concrets pour leur réinsertion. Or quelle est la réalité ? Celle d’une énorme machine en panne, qui n’a pas assez de personnels, pas assez de moyens, et qui ne peut pas remplir convenablement sa mission. Aujourd’hui, à Pôle Emploi, il y a un conseiller pour 217 chômeurs, alors que la norme efficace se situerait à un pour 60. J’ai déjà eu l’occasion de tirer la sonnette d’alarme, et j’ai reçu de nombreux témoignages de détresse de salariés de Pôle Emploi, qui évoquent l’immense difficulté de leur tâche, et l’indifférence à laquelle ils se heurtent. Je souhaite ici me faire à nouveau l’écho de leurs légitimes inquiétudes. Et je tiens de même à rappeler une triste réalité : au cours de l’année 2010, un million de chômeurs se retrouvera en fin de droits. Un million de Français qui, du jour au lendemain, risquent de basculer dans la spirale de l’exclusion, de ne plus pouvoir payer leur loyer, ou de plonger dans le surendettement.


Face à de telles menaces, une fois de plus, une grande part de la responsabilité va reposer sur les collectivités locales. Elles vont devoir, avec leurs moyens, assumer les conséquences directes, notamment financières, de la politique gouvernementale. La dette de l’Etat envers Paris au titre du RMI et du RSA, a ainsi augmenté, en un an, de 15 M€, pour se situer aujourd’hui à 134 millions. Nous n’avons aucune raison de l’accepter. Le département de Paris a donc engagé un recours au contentieux, pour que cette somme soit restituée aux Parisiens.


Voilà, mes chers collègues, dans quel contexte nous avons préparé notre plan départemental d’insertion pour 2010. Malgré les contraintes que je viens d’évoquer, l’objectif de ce plan demeure très volontariste. Notre politique de lutte contre le chômage devra, cette année encore, permettre directement le retour à l’emploi d’un chômeur parisien sur cinq- soit 21 000 personnes.


Notre PDI, qui augmente encore cette année pour atteindre la somme de 59,6 M€, donne la priorité aux mesures d’accompagnement pour ceux qui sont très éloignés de l’emploi. Trois exemples.


D’abord, la Ville assume pleinement son rôle de premier employeur de personnes en insertion pour l’Ile-de-France. Notre objectif pour 2010 est de conclure 1700 contrats aidés.


Pour combattre le chômage, il faut en effet s’appuyer sur toutes les énergies, publiques, associatives et privées. Nous lançons ainsi- deuxième exemple- une double opération, d’accompagnement et de réinsertion d’allocataires du RSA à bas niveau de qualification. D’une part dans le cadre d’une convention avec Pôle Emploi, Paris verse 2 M€ au service public de l’emploi ,ce qui permet à 55 agents d’intervenir dans les espaces insertion de la ville. D’autre part, en partenariat avec des prestataires privés, nous accompagnerons individuellement 300 chômeurs sur trois ans. Il s’agit de personnes très éloignées du monde du travail, que Pôle emploi n’a pas eu les moyens de soutenir à la mesure de leurs besoins.


Et enfin – troisième exemple – je tiens à souligner le dynamisme de l’économie sociale et solidaire. Celle-ci, sous l’impulsion de Seybah Dagoma, a permis, en 2009, à Paris, le retour à l’emploi de près de 3 000 allocataires du RSA. Cet effort va s’intensifier. Dans les mois qui viennent, nous labelliserons deux nouvelles régies de quartier, dans les 10ème et 12ème arrondissements, et nous financerons une huitième coopérative.


Pour conclure, je voudrais rappeler que notre politique en faveur de l’emploi s’appuie aussi sur une action très soutenue en direction des entreprises, et notamment les PME, qui représentent 80% de l’emploi marchand à Paris. Nous avons ainsi fait passer à 20% l’acompte versé par la Ville pour toutes les commandes aux PME. Dans le même esprit, nous encourageons l’initiative et la créativité de celles et de ceux, souvent jeunes, qui ont décidé de tenter de créer leur propre entreprise. La Ville a ainsi mis en place un fonds d’innovation-amorçage, pour aider et conseiller les jeunes entrepreneurs. Et, parce que les créateurs d’entreprise ont besoin d’espace, nous doublerons d’ici 2014 les surfaces dédiées aux pépinières et aux incubateurs.


Mes chers collègues,


Notre plan départemental d’insertion tente donc de s’attaquer au chômage sur tous les fronts : emplois publics et privés, aide à la création d’entreprises et développement des contrats aidés, réinsertion des exclus et soutien aux jeunes diplômés. Je remercie Christian Sautter et Olga Trostiansky, pour leur engagement et leur compétence. Je dis, une fois de plus, toute notre gratitude aux fonctionnaires de la ville et du département, qui contribuent énergiquement à la cohésion de la société parisienne. Et j’invite notre assemblée à adopter ce plan départemental d’insertion.

2 commentaires à “Intervention du maire de Paris sur le plan départemental d’insertion”

  1. Loscar dit :

    Bonjour Monsieur le Maire.

    A Paris, un SDF sur trois à un déjà un emploi…mais pas de logement social.
    Tout le monde peut imaginer la violence du fait : travailler le jour et dormir dehors ou en centre d’urgence la nuit.
    Alors mettre le paquet sur l’insertion, c’est vraiment très bien, mais qu’en est il de l’insertion sociale par le logement ?

    Je cite le communiqué d’une association de demandeurs de logement parisiens :

    “«Paris-Lab» (une pépinière d’entreprise inaugurée ces jours ci à Paris) est financée à 90% par des fonds publics, deux millions d’euros en tout.

    A titre de comparaison, l’ensemble du dispositif Louez Solidaire, présenté comme une initiative majeure pour lutter contre le mal logement n’avait bénéficié en 2008 que d’un investissement de 1, 7 millions d’euros pour l’ensemble de la capitale.”

  2. EDOUARD-LUCILE Alice dit :

    Bonjour Monsieur Le Maire,
    A l’ heure qu’il est je constate que la politique de la France envers les ressortissants d’ Outre Mer est totalement disparâtre, depuis les évènements du lkp en guadeloupe,l’étau se reserre, j’ ai la nette impression que la France nous regarde avec effroi et nous laisse pour compte…
    Situation très préoccupante pour l’ensemble du Département, les femmes voulant entreprendre,les rmistes… Qu’en est-il de la situation des guadeloupéens à la recherche d’un emploi et d’un logement en France alors que les immigrés ont tous les droits que dites-vous

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens