LES ÉDITOS

Islam et laïcité :
un débat inutile et dangereux

3 mars 2011


Après avoir lancé un débat sur l’identité nationale qui a eu pour seul effet que de faire monter le Front National dans les sondages, après avoir désigné les Roms à la vindicte populaire, après avoir patiemment dressé les Français les uns contre les autres, le Président de la République annonce un grand débat national sur “l’islam et la laïcité”: que ce débat soit intéressant, nul n’en doute. Les maires en particulier savent par exemple la difficulté juridique créée par la loi de 1905 qui leur interdit d’accompagner les musulmans dans leur désir légitime de prier alors qu’ils ont obligation d’entretenir le riche patrimoine des Eglises et, parfois, des synagogues. Nicolas Sarkozy, quand il était ministre de l’intérieur, avait d’ailleurs pris à l’époque des positions audacieuses sur le sujet.


Mais alors que le chômage continue d’approcher les 10%, que nos concitoyens subissent une érosion de leur pouvoir d’achat, qu’ils se heurtent au problème du logement, subissent la montée des violences, alors que les services publics essentiels de l’éducation et de la santé sont dans un état inquiétant, comment l’UMP peut-elle sérieusement affirmer que la première préoccupation des Français serait aujourd’hui la place de l’Islam dans notre pays ? On devine évidemment les arrière-pensées tactiques ciblant un certain électorat que se disputent âprement depuis 5 ans l’UMP et le FN. On est atterré qu’un Président de la République, pourtant investi de la plus haute des responsabilités – celle de rassembler son pays, d’assurer la cohésion nationale et de garantir le respect dû à tous les citoyens – puisse être à l’origine d’une telle démarche.


D’abord parce qu’il ouvre la boite de Pandore de la surenchère idéologique à laquelle malheureusement, comme l’attestent les déclarations récentes de Christian Jacob, la droite traditionnelle a du mal à résister. Ensuite, parce que cette surenchère idéologique n’a qu’un seul effet : placer le Front national au centre du jeu. Croire que si la droite ne s’empare pas de ces thèmes, le Front National remontera est une illusion. C’est le contraire que l’histoire démontre : la reproduction est toujours, si l’on ose dire, moins réussie que le modèle.


Mais c’est à un autre niveau que je veux me situer : celui de la morale en politique. Faut-il vraiment remuer les peurs, les angoisses, parfois légitimes, parfois exagérées, de nos concitoyens au lieu de traiter les problèmes? Que gagne-t-on à la stigmatisation d’une large communauté dont l’immense majorité n’est ni fanatique ni hostile à la laïcité mais qui demande les moyens de s’intégrer ? On sait que les principaux obstacles ne viennent pas des musulmans mais d’une société qui, de façon plus ou moins opaque, les loge avec parcimonie à cause de leurs noms, les recrute avec difficulté et leur donne parfois le sentiment d’une République qui n’est plus intégratrice mais excluante.


Pire : dans cette affaire, le pouvoir joue avec la vérité. Il cherche à entretenir le sentiment que la communauté musulmane continuerait de poser un problème en soi alors que les faits montrent tout simplement le contraire : l’intégration est en marche. Il ne s’agit pas d’ignorer les tensions et les tentations fondamentalistes. Mais il serait irresponsable d’occulter le fait essentiel, les jeunes musulmans trouvent de plus en plus, de mieux en mieux, leur place dans notre société.


Surtout, à l’heure où naît dans le monde arabe, un vaste mouvement de révolte contre les dictatures qui, à la différence de la révolution iranienne de 1979, n’est pas un mouvement islamiste mais mêle des musulmans laïcs et des croyants, à l’heure où naît l’espoir d’une démocratisation d’un certain nombre de ces pays, il est assez scandaleux et fortement malhabile de s’emparer du thème de l’islamisme pour en faire un argument électoral. Nous préférerions voir une diplomatie plus digne. Barack Obama a pris le parti de défendre la lutte des peuples pour leur liberté. La France hésite jusqu’au dernier moment, et perd sa capacité d’influence. C’est là le vrai point d’interrogation.


On ne doit pas gouverner l’oeil rivé sur les sondages mais aussi avec quelques principes. Il est temps que la France puisse rappeler les idéaux qui ont forgé son histoire.

Bertrand Delanoë

7 commentaires à “Islam et laïcité :
un débat inutile et dangereux”

  1. Claude Wolteche dit :

    Le débat n’est dangereux que si exploité par la politique!
    Le débat est nécessaire que si exploité intelligemment dans un but positif!

  2. Eric Bacher dit :

    Il s’agit de définir un équilibre entre tolérance et exigence, compromis et interdit.Mais il s’agit aussi de combattre les communautarismes qui refusent de s’intégrer à leur pays d’accueil. Ceux qui prient, chaque vendredi, sir l’espace public du XVIIIe arrondissement n’expriment pas le manque de mosquées, mais veulent montrer leur force, la force de l’islam en provoquant les riverains.

  3. Jean-Pierre Darmon dit :

    Bravo, comme d’habitude, pour cet éditorial excellent et qui situe les problèmes au niveau où ils doivent être traités. Aucune voix ne s’exprime en ce moment avec autant de clarté et de constance que la vôtre.

  4. asma dit :

    pour savoir ce qu’est la doctrine islamique, http://www.islam-documents.org. 3700 pages
    pour savoir avant de parler.

  5. NAVEL Guy dit :

    bravo pour cet article
    En Province, le peuple souffre ( comme à Paris ), l’emploi est inexistant, le pouvoir d’achat est en berne, l’ensemble des prix de tous les produits augmente, la crise économique exaspère l’ensemble des acteurs de la France d’en bas qui essaie de bosser et qui se lève tôt, les artisans souffrent, les agriculteurs se suicident ( et ils ne sont pas les seuls, les services publics disparaissent, l’école est en trés grande souffrance, l’hôpital public est attaqué de toute part … etc … etc !!!
    Votre expression est nette, votre socle de valeurs est respectable
    Je soutiens ce message qui m’apparait juste et fort
    Dans le contexte actuel, les primaires à gauche sont elles utiles et nécessaires ?
    Il devient URGENT de changer de stratégie et de braquet … le péril intérieur monte tant du point de vue moral que politique … le bal des égos désespère le peuple de gauche et la rue de Soférino est autiste à cette situation …
    Je me suis permis de publier ce beau et bon texte sur mon blog.
    Guy NAVEL
    Conseiller Général 55 – canton de Verdun Est
    Président de la Communauté de Communes du VAL de Meuse

  6. Eric dit :

    Il me semble que la boîte de Pandore fût ouverte par François Mitterrand…

  7. [...] Delanoê dans son éditorial intitulé « Islam et laïcité: un débat inutile et dangereux » est encore d’actualité :  » Mais alors que le chômage continue [...]

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens