LES ÉDITOS

Un billet de Hong Kong

14 novembre 2009

Je quitte Canton pour rejoindre Hong Kong, après un Conseil Mondial de CGLU réussi. Bilan: améliorer le quotidien de tous.


Après Canton, la ville des fleurs, Hong Kong, le port des parfums. L’impression de changer de monde, ou plus exactement d’être à la confluence de deux mondes. Cette ville est réellement remarquable, tant pour son histoire intéressante que pour sa configuration unique. Le contraste de l’architecture moderne des gratte-ciels avec la verdure des collines qui les entourent est saisissant. Nous sommes invités à la résidence de Henry Tang, le numéro 2 du gouvernement de la région hongkongaise. Fin connaisseur des vins et hôte accueillant, M. Tang nous indique l’emplacement du futur vignoble de Hong Kong de sa terrasse, qui offre une vue imprenable du haut des collines.
Je forme un voeu auprès de notre hôte: lui faire visiter le vignoble de Montmartre lors de sa prochaine visite à Paris et lui offrir des ceps de vignes en symbole d’amitié avec Hong Kong.  Notre rencontre ouvre beaucoup de pistes sérieuses et prometteuses pour nos deux villes: partager notre savoir-faire dans la culture, l’innovation, et l’écologie. En parlant d’Autolib’, de l’Institut de la Vision et de Nuit Blanche et des initiatives originales de Hong Kong, nous découvrons autant de convergences que de différences entre nos deux villes. Un tour sur ferry pour mieux apercevoir la fameuse “skyline” de Hong Kong.


Rendez-vous à la résidence du Consul Général où je rencontre la communauté française de Hong Kong, diverse et riche comme dans tant d’autres villes du monde: des Chinois francophiles de toutes les opinions politiques, les dirigeants de l’Alliance Française, des étudiants de Sciences-Po venus étudier en Chine, des hommes d’affaires et des artistes. Nos hôtes, M. et Mme Fonbaustier, sont non seulement charmants mais aussi me semblent être des représentants exceptionnels de la France. Une conclusion très agréable d’une visite haute en couleurs et surtout en résultats.

Un commentaire à “Un billet de Hong Kong”

  1. jean philippe dit :

    JE REVIENS D’UN VOYAGE DE 3 SEMAINES EN CHINE ET QUELLE NE FUT PAS MA SURPRISE DE CONSTATER DANS LES VILLES QUE TOUS LES VÉHICULES A MOTEUR DE 2 OU 3 ROUES MÊME TRÈS VIEUX FONCTIONNAIENT AVEC UNE BATTERIE ÉLECTRIQUE !
    PAS DE TAXE CARBONE MAIS DES SOLUTIONS CONCRÈTES .
    ICI C’EST COLLOQUE ET BLABLA ET IMPOTS .
    SENTIMENTS DISTINGUÉS

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens