LES ÉDITOS

Respecter la justice

7 février 2011



Ce que les journalistes appellent dorénavant la “fronde” des magistrats exprime la lassitude et la colère du corps judiciaire face à des années de mépris et de mise en cause de leur prétendu laxisme. Il faut dire ici d’abord le scandale démocratique que représente le fait de désigner à la vindicte publique des magistrats sans qu’aucune preuve n’ait été apportée dans l’affaire en question, l’enquête administrative n’étant même pas achevée. Il faut hélas rappeler qu’il n’appartient pas à l’exécutif d’annoncer sans instruction ni délibération des “sanctions” contre des magistrats au mépris non seulement des droits élémentaires de la défense mais aussi des règles spéciales qui précisément protègent les mêmes magistrats de l’arbitraire du pouvoir : délibération du Conseil supérieur de la Magistrature, notamment.


Nul ne doit demeurer impuni s’il commet une faute mais il est démagogique et populiste de toujours renvoyer à une prétendue indulgence des magistrats – que tous les spécialistes des décisions judiciaires contestent- ce qui relève de la responsabilité du politique: faiblesse des moyens en matière de prévention, et des moyens de la magistrature elle-même, insuffisance dramatique des agents de probation et autres personnels chargés de veiller au suivi des délinquants après leur sortie de prison.


Nous connaissons bien cette méthode, qui consiste, après chaque drame criminel, à annoncer de nouvelles lois toujours plus répressives comme si le problème était celui de l’arsenal législatif déjà largement remanié dans un sens toujours plus sévère- et non pas celui de l’application de ces règles, faute de capacité de le faire.



En revanche, depuis plusieurs années maintenant, le pouvoir n’a cessé de démontrer son mépris pour les juges et surtout de s’ingérer dans les affaires judiciaires. Le renforcement de l’autorité politique sur le Parquet, au mépris de tous les standards internationaux en la matière, la volonté de placer des jurys populaires en correctionnelle,la dénonciation permanente du “laxisme” des juges, tout cela contribue grandement à affaiblir l’autorité judiciaire et à en faire un bouc émissaire. C’est le signe d’une démocratie malade. Dans un Etat de droit, autorité et indépendance doivent être l’alpha et l’oméga de la justice. Il est essentiel que les juges y soient respectés.


C’est là un chantier dont la gauche devra se saisir dès son arrivée aux responsabilités : assurer une vraie indépendance du Parquet et la graver dans le marbre constitutionnel ; renforcer l’indépendance de la magistrature, donner à la justice les moyens de son action. Sans doute faut-il plus ouvrir le corps judiciaire : diversifier son recrutement en ajoutant à celui de l’Ecole Nationale de la Magistrature des passerelles plus larges pour les professeurs de droit ou les avocats par exemple. Mais il faut d’abord respecter cette fonction souvent exercée dans des conditions difficiles. Nous savons au moins depuis Montesquieu combien l’indépendance des juges est au coeur même de la démocratie.


C’est avec tristesse que l’on constate à quel point les moeurs se sont en la matière dégradées. C’est avec détermination que nous devons dire notre volonté de les changer.


Bertrand Delanoë

6 commentaires à “Respecter la justice”

  1. Alain Le Garrec dit :

    Tu as raison, ce mépris, cette suite d’accusations systématique, l’utilisation à fin politicienne de ce drame effrayant sont à la limite d’un Etat de droit et d’un Président de la République.
    Mais je mets un bémol, il existe dans la population une exaspération qui va avoir des limites et Sarko le sait!
    Donc je crois qu’il faut trés vite dire quelque chose et quelque chose dont les résultats soient rapides. Nos concitoyens perdent confiance, pour leur rendre cette confiance il nous faut proposer et prendre des engagements, qu’on pourra tenir. C’est presque banal de le dire, mais faisons attention de ne pas dire que s’il y avait faute, il n’y aurait pas sanction…car c’est ce qui est compris…la gauche serait contre des sanctions le cas où… puis aprés on explique le pourquoi de la faute et on veille à le corriger.

  2. [...] est lui aussi entré dans la polémique qui fait suite aux propos de Nicolas Sarkozy .Lundi, sur son site Internet le maire de Paris a pris le parti des juges et a pointé du doigt la confiance rompue par le [...]

  3. Montesquiou dit :

    La question du citoyen qui s’interroge est: Est-on toujours aujourd’hui dans un État de droit en France et dans une Démocratie?
    - Dénigrement de la Justice, dernier rempart de la démocratie dans une France de système (cercle qui peut s’étendre d’ailleurs aux autres rives de la Méditerranée) et de “collusion” entre certains milieux d’affaires et certains partis politiques,
    - Contrôle des médias ou tentative de contrôle, et ou des journalistes (par des moyens divers dont distinctions nationales)
    - Désinformation c’est à dire affirmer sans preuves ou affirmer ce qui n’est pas ou pas encore, étayé,vérifié, pesé, posé, démontré,
    - Verrouillage d’un parti majoritaire (avec quelques bémols au Sénat) et tentative de verrouillage des partis dits centristes,
    - Déstabilisation (ou quelque chose qui y ressemble beaucoup) des syndicats ou de leurs dirigeants,
    - Impunité des ministres commettant des fautes,
    - Affaires de corruption/financement de partis (de droite) restant à élucider par des soit disant rétro commissions sur ventes d’armement,
    - Minimisation de toute “bavure” policière et protection des protagonistes ou des donneurs d’ordre éventuels,
    - Écoutes téléphoniques, accès aux relevés de téléphone, disparition d’ordinateurs.

  4. Eric Bacher dit :

    Cette “fronde” de nantis me rappelle les caricatures de Daumier…Mais qu’importe les effets de manche des magistrats, je n’aime pas entendre ces critiques vertueux s’exempter eux-mêmes de toute critique.

  5. Razafindrabe dit :

    Quel crédit accorder à cette chronique quand pour contourner la justice, on retire sa constitution de partie civile, on passe des accords transactionnels pour ne pas embarrasser l’Ex-puissant.
    Persévérez !

  6. yiwu city dit :

    I’m amazed at how quick your blog loaded on my cell phone ..

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens