LES ÉDITOS

Enseignements.

29 mars 2010

Enseignement : « leçon donnée par les faits ».
En l’appliquant à une élection, on pourrait même ajouter à cette définition du Petit Larousse, « …et par le suffrage universel ».


Précisément, quels enseignements le premier ministre tire-t-il du récent scrutin régional ? Réponse, dans le long entretien qu’il donne au Journal du Dimanche (28 mars) : « On ne change pas une politique engagée depuis trois ans, qui commence à peine à produire ses effets » ; pas de « changement de cap », donc ; au contraire, le programme qui s’applique depuis 2007 est « plus justifié aujourd’hui, qu’il ne l’était avant la crise ». Fermez le ban.


Et le message des Français ? La souffrance de cette Société parmi « les plus fragmentées et les plus inquiètes du monde développé » comme le constate le sociologue Eric Maurin ? Le besoin de solidarité, de justice, de lien social ? Ignorés. Il ne s’est rien passé. Le chômage en hausse constante depuis un an, 3,5 millions de très mal logés, dont 600 000 enfants, des déficits publics qui atteignent le chiffre vertigineux de 141 milliards d’euros, mais surtout, on ne change rien ! Ou plutôt si : il est urgent de réformer les collectivités territoriales. Les Français ont dit leur confiance dans des politiques locales dédiées à des services publics performants, à la réalisation de logements, d’écoles, de lycées et d’eco-quartiers. Donc, il est impératif de bouleverser tout cela, afin de « réduire la part de la dépense publique dans l’économie » comme l’explique François Fillon avant de qualifier « d’argument démagogique » l’hypothèse d’une remise en cause du bouclier fiscal…


Avant les régionales, ces collectivités étaient déjà dans le collimateur de ce pouvoir excédé par la notion même de diversité démocratique. Après ces élections, elles le sont plus encore, puisque la doctrine gouvernementale semble consister à casser ce qui marche, donc à fragiliser ces pouvoirs locaux qui assurent aujourd’hui 73% de l’investissement en France et votent des budgets toujours en équilibre.


Entendons-nous bien : il n’est pas question de défendre le statu quo. Le fonctionnement des collectivités locales a besoin d’être repensé, les politiques publiques toujours mieux définies et réparties. Mais pas comme ça, pas sous l’influence autoritaire d’un Etat qui prétend mettre nos territoires sous tutelle, tout en se désengageant sans cesse financièrement.


Le gouvernement gagnerait à s’en souvenir : on n’a jamais raison seul contre la démocratie. Noyée dans un bain de suffisance, d’aveuglement et même de cynisme, la politique gouvernementale génère confusion et échec. L’espoir et le mouvement, modestes, fragiles mais perceptibles, sont aujourd’hui du côté de ces politiques progressistes qui dessinent une autre démarche, une conception active de la solidarité voulue par les Français. Surtout, elles révèlent une différence majeure avec l’attitude du gouvernement : le respect de la parole donnée aux citoyens.

2 commentaires à “Enseignements.”

  1. ISIS2010 dit :

    Entre les effets d’annonces et la réalité, au sein de l’UMP, ce n’est plus un pas qu’il y a mais un gouffre, dans lequel toute cette famille politique et sa cousine le Front National s’enlisent. La méthode de leur escroquerie c’est d’envoyer suffisamment d’annonces et de contre-annonces pour abrutir les électeurs, ex. la taxe carbone. Je cite le Président UMP, en 2007 “ce serait malhonnête de s’engager sur la mise en place de la taxe carbone et de ne pas le faire” ou bien “si je suis élu Président, je vous jure qu’il n’y aura plus personne qui dormira dehors” ou encore “travailler plus pour gagner plus” et pour le pire l’installation d’une politique de l’immigration par quota via la création d’un ministère de l’immigration pour faire plaisir aux électeurs de sa cousine germaine le Front National, etc. tout en prenant soin d’étouffer par le cynisme et la désinformation, toutes formes d’oppositions, du PS en passant par les Verts jusqu’à l’extrême Gauche. Par exemple, faire une campagne électorale sur les Régionales avec pour seul projet, un débat sur l’identité nationale, c’est déjà faire de la discrimination sur le dos des plus mal traités dans ce pays : les électeurs car ils sont privés du vrai débat politique qui engage leurs responsabilités et les immigrés dont on ne dira jamais assez l’humiliation qu’on leurs fait subir et ce depuis des générations.
    La France n’est pas un pays isolé sur la planète. On ne vient pas en France contre sa volonté. Que ceux qui l’aiment y soient accueillis dans la dignité. Cela implique un vrai débat sur la politique Etrangère dans un vrai partenariat responsable avec les dirigeants des autres pays étrangers. Et non pas le consensus autour de petites et grandes magouilles avec certains Etats belliqueux.
    Dépités et désinformés les électeurs tombent dans leurs pièges et ne vont plus aux urnes, sacrifiant ainsi leur Droit le plus Fondamental, CELUI DU VERBE, CELUI DU SOUFFLE VITAL, CELUI DU VOTE,, pour le bénéfice des mêmes, la famille UMP et sa cousine le Front National, pour leur politique du pire. Du pire en pire, aujourd’hui, en effet, le taux du déficit national est de 141 milliards d’€ et je ne ferai pas l’inventaire du désastre de leur politique tant intérieure qu’extérieure, présente et avenir.
    Le nez du Président UMP est tellement long qu’il ne peut malheureusement plus rien voir venir. Il souffre maintenant d’un strabisme convergent ce qui provoque l’implosion de sa famille politique et maintenant la désobéissance et bientôt l’insurrection de ses acolytes. Ne nous y trompons pas. La politique n’est pas seulement une affaire de gestion, évidemment la suppression du bouclier fiscal, la question ne se pose même plus. Mais surtout, il faudrait cesser de prendre les Français pour des imbéciles. Engager des réformes contre-productives, la défiscalisation des heures supplémentaires, le travail le dimanche, la suppression des premières classes de maternelles, etc. la liste est longue ; et proposer aujourd’hui une réforme suicidaire qui viendrait boucler le tout et ainsi donner tous les pouvoirs au Président, aujourd’hui, là est le vrai débat National. La réforme territoriale telle qu’elle est présentée et la suppression de la taxe professionnelle masquent une recentralisation des pouvoirs au bénéfice du monopôle de ces deux familles politiques UMP et Front National et des « géants qu’ils alimentent » aux frais du contribuable ! Et laissant la France bientôt exsangue !
    J’en appelle à toutes les Françaises et à tous les Français à se mobiliser autour de ce DEBAT INCONTOURNABLE EN TOUTE LUCIDITE ET EN TOUTE RESPONSABILITE. CETTE REFORME TELLE QU’ELLE EST PRESENTEE, NE PEUX PAS ET NE DOIT PAS PASSER. IL EN VA DE L’AVENIR DE LA FRANCE ET DE CELUI DE L’EUROPE. Le faire savoir au Président de l’UMP, dans les règles de la démocratie ; je suis pour un référendum sur la question.

  2. skyzzor media dit :

    d’une certaine manière c’est souhaitable d’une autre c’est encore donner à ce colosse un secteur ou il risque de régner sans concurrence… et donc de fixer ses propres règles….

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens