ACTUS

La suppression du défenseur des enfants

16 septembre 2009

J’apprends avec stupéfaction que le Gouvernement a décidé, sans aucune explication ni concertation, de supprimer purement et simplement la fonction de défenseur des enfants, créée par la loi du 6 mars 2000.  Cette décision intervient au  moment même où se prépare  le 20ème anniversaire de  la  Convention internationale des droits de l’enfant.

Interlocuteur des plus jeunes pour la garantie de leurs droits fondamentaux, le défenseur des enfants a  traité plus de 20.000 requêtes. A Paris, nous travaillons régulièrement avec ses services, pour venir en aide aux enfants défavorisés, isolés, maltraités, ou victimes de situations familiales difficiles.

Les compétences du défenseur des enfants , qui a aujourd’hui 60 correspondants sur le territoire et qui dispose de moyens d’action réels,  seraient désormais confiées à un « défenseur des droits »,  encore virtuel,  aux attributions confuses, et aux  capacités d’intervention limitées.

Avec la suppression du défenseur des enfants, c’est à un nouveau recul des droits dans notre pays que nous sommes,  collectivement, confrontés.

2 commentaires à “La suppression du défenseur des enfants”

  1. Solano dit :

    Encore une avancée majeure, créée par Lionel Jospin et son gouvernement, qui disparaît.
    Sarkozy fait un véritable complexe par rapport à Lionel Jospin quand on voit son entêtement à détruire tout ce qu’il a construit.
    Les français qui ont commis un véritable attentat contre la démocratie le 21/04/2002 doivent s’en sentir responsables.
    En votant pour un second tour Chirac/Le Pen ils ont enfanté Sarkozy.

  2. nathalie palazo dit :

    Effectivement un grand recul:
    - non seulement la spécificité est recquise en la matiére, mais en voulant ramener les droits des enfants à des droits fondamentaux, droits de tous, il nivelle les niveaux d’intervention et apporte du flou au lieu de l’atout spécifique. Grosse erreur d’efficacité et de service, il nivelle donc le générationnel crucial dans les situations délicates.
    La casse institutionnelle a déjà fait des désastres et régulièrement c’est les enfants qui subissent ses abéhrations.

    Chaque matin, il doit regarder ce qui le dérange et tailler à la hache, et niveller partout jusqu’à lui.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens