ACTUS

Paris ville européenne

15 juillet 2010


Communiqué de Pierre Schapira, Adjoint au Maire chargé des relations internationales, de la francophonie, et des affaires européennes


J’ai pris connaissance avec surprise de la déclaration d’une « délégation » de l’UMP du Conseil de Paris, accusant Bertrand Delanoë de manquer de « volonté politique pour positionner la capitale au sein de l’Europe ».


Depuis 2001, Paris a, au contraire, affirmé sa place dans les réseaux de villes européennes, et elle a dû, à cet égard, rattraper un retard creusé sous les précédentes mandatures. Elle a ainsi adhéré, sous le premier mandat de Bertrand Delanoë, à Eurocities, groupe d’une centaine de métropoles européennes, dont la fondation remonte pourtant à 1986. Et elle est membre de bien d’autres réseaux de villes européennes.


La même délégation de l’UMP-Paris accuse la municipalité de ne pas « émarger pour les fonds structurels à Bruxelles » alors que- ils semblent en faire l’heureuse découverte- « les financements existent ». Il s’agit là d’une affirmation totalement inexacte. Nous avons, contrairement à nos prédécesseurs, sollicité de nombreux concours européens pour Paris. Ainsi, notre Ville reçoit, pour la période 2007-2013, au titre du Fonds social européen, plus de 15 millions d’euros consacrés notamment à l’aide aux exclus. En fonction de l’efficience de ces dispositifs, les adaptations nécessaires seront faites pour la période 2014-2020. En outre, le Fonds européen de développement régional contribue de façon conséquente à certaines de nos initiatives en matière d’innovation et de nos opérations liées au développement durable. Il est impossible d’établir ici la liste exhaustive des nombreux projets parisiens au financement desquels l’Union européenne participe. Pour se limiter à deux exemples : le Mois européen de la photographie a été lancé par la collectivité parisienne avec le soutien de la Commission européenne ; et la Ville participe au programme « Education et formation tout au long de la vie » de la Commission européenne, qui vise à favoriser la mobilité des travailleurs.


Les concours européens sont également sollicités pour l’action internationale de la Ville de Paris. La commission a ainsi apporté son aide à notre projet avec Ouagadougou et Bamako en matière de santé et de développement. Et plusieurs autres programmes de coopération sont en cours d’examen, notamment le projet Paris-Cotonou-Abidjan, d’ores et déjà présélectionné par la Commission.


Ajoutons qu’à travers de nombreuses actions annuelles – comme la Journée de l’Europe- ou ponctuelles et symboliques – comme l’anniversaire du jumelage avec Rome ou de la coopération avec Berlin- Paris sait parler d’Europe à ses propres citoyens. En témoigne le succès du Village européen, installé chaque printemps depuis 2006 sur le parvis de l’Hôtel de Ville (sans aucun soutien de l’Etat), et à l’inauguration duquel le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes a tenu à se rendre cette année… Cette double attitude du conseiller de Paris Pierre Lellouche permet de ramener l’initiative de ses collègues UMP à sa juste proportion : celle d’un coup politique.


Je formule donc le vœu que les élus UMP de Paris cessent d’adopter, à l’égard de leur propre ville, un ton si condescendant, et qu’ils sachent contribuer au rayonnement international de notre capitale, et à l’engagement européen de Paris.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens