ACTUS

“Pacte” anti-réchauffement adopté

22 novembre 2010


Mexico, 21 nov 2010 (Dépêche AFP)


Le premier Sommet mondial des maires sur le climat, rassemblant plus de 135 villes, a adopté dimanche à Mexico un “Pacte” d’engagement volontaire à réduire les émissions de gaz à effet de serre, en préambule à la Conférence de l’ONU sur le réchauffement climatique.


Ce “Pacte de la Ville de Mexico”, signé notamment par Paris et Los Angeles ainsi que par Johannesbourg, Buenos Aires, Bogota et la capitale mexicaine elle-même, sera transmis à la conférence de l’ONU sur le climat qui se tiendra du 29 novembre au 10 décembre à Cancun, célèbre station balnéaire du Sud-Est du Mexique.


Il crée “le tout premier registre international des initiatives durables des villes afin de rendre leurs actions transparentes et quantifiables”, avait annoncé le maire de Paris, Bertrand Delanoë.


Les villes réclament depuis longtemps de pouvoir participer activement à ce type de conférence, comme elles l’avaient déjà fait, sans succès, avant le Sommet des chefs d’Etat il y a un an à Copenhague, qui n’a pu aboutir à un accord global contraignant sur les émissions de gaz à effet de serre.


“Nous devons dire à la communauté internationale que c’est dans les villes que se gagnera la bataille pour freiner le réchauffement” du globe, avait déclaré M. Ebrard, à l’ouverture du rendez-vous de Mexico.


La Conférence de Cancun, pour éviter un nouvel échec, a revu les ambitions à la baisse.
“L’absence d’accord global à Copenhague, en la présence de plus de 150 chefs d’Etat, nous annonce clairement qu’il ne faut pas attendre la même ambition de Cancun, sans pour autant nier que quelques engagements sectoriels en faveur de la lutte contre le changement climatique peuvent être obtenus”, a ainsi déclaré dimanche au Sommet des maires le Français Michel Delebarre, député-maire de Dunkerque (nord), au nom du Comité des régions de l’Union européenne.


“Cependant je suis de ceux qui pensent que Copenhague a aussi laissé quelques traces positives, dans les rapports entre pays développés et pays en développement, traces positives dans la prise de conscience planétaire de l’enjeu climatique”, a-t-il ajouté.


Le Sommet des maires s’est ouvert en prolongement du troisième Congrès mondial de l’association d’élus locaux et régionaux Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), qui a choisi comme nouveau président le maire d’Istanbul, Kadir Topbas, pour succéder à M. Delanoë.


M. Delanoë, qui avait annoncé son intention de renoncer au mandat qu’il exerçait depuis six ans, a été nommé président honoraire de l’association qui rassemblait à Mexico 3.000 maires et élus locaux et régionaux de 114 pays.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens