ACTUS

Le Samu Social

20 juillet 2011

Communiqué de presse de Bertrand Delanoë


La situation des sans abri à Paris et en Île-de-France est aujourd’hui insupportable.
L’Etat, qui a l’obligation légale d’accueillir inconditionnellement toute personne sans solution d’hébergement, s’est rendu directement responsable de cette crise en réduisant considérablement le budget du Samu Social, et en fermant brutalement 5000 places d’hôtel en Île-de-France. Les collectivités territoriales et les associations sont unanimes pour dire qu’il manque déjà 13 000 places d’hébergement dans notre région. Les décisions du gouvernement ont donc totalement paralysé les capacités d’accueil du Samu Social et jeté plusieurs centaines de familles à la rue à Paris, mais aussi en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne.

La Ville de Paris a une responsabilité, au titre de la protection de l’enfance, pour l’hébergement des familles avec enfant de moins de 3 ans. Nous assumons totalement notre rôle à ce titre, quand ces familles sans abri peuvent justifier d’une domiciliation ou d’un lien avec Paris : 1200 familles sont ainsi hébergées par la Ville pour une dépense annuelle de 25 millions d’euros, ce qui représente une
augmentation de 76% en 5 ans. La Ville, à travers son centre d’action sociale, gère également la plus vaste structure d’hébergement de Paris dédiée aux familles boulevard de Charonne (11e). La Ville héberge également 1600 mineurs étrangers isolés, que l’Etat ne prend pas en charge, pour une dépense de 70 millions d’euros par an, qui a doublé en 2 ans. Et pour sortir toutes ces familles de l’extrême précarité, nous avons créé fin 2007 le dispositif « louez solidaire » d’aide à la location : aujourd’hui 600 logements sont ainsi mobilisés pour reloger 1000 familles.

Alors que Paris concentre 60 % de l’offre d’hébergement de toute l’Île-de-France, nous aurons ouvert encore 3000 places entre 2001 et 2014. L’obligation légale est d’une place pour 1000 habitants, à Paris nous sommes à 4 pour 1000. Des centres
d’hébergement ouvrent dans tous les arrondissements : nous venons d’inaugurer un centre de 32 places rue de Vaugirard dans le 15e, nous ouvrons à la rentrée le centre Emmaüs Louvel Tessier dans le 10e pour 52 places, le centre pour femmes rue
Sevran dans le 11e pour 56 places et en 2012 le centre rue de Vesale (5e) pour 28
places…

Le Samu Social, c’est depuis sa création la garantie d’un accueil inconditionnel pour toute personne sans solution d’hébergement. C’est clairement la responsabilité du gouvernement qu’il n’assume plus aujourd’hui. Cette mission, qui relève du minimum que l’on est en droit d’attendre de l’action de l’Etat, ne peut pas être plus longtemps abandonnée. Aujourd’hui, il s’agit de répondre en priorité à une seule question : quand le gouvernement va-t-il enfin décider de rétablir les crédits nécessaires au bon fonctionnement du Samu Social ?

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens