ACTUS

Lutte contre l’habitat insalubre à Paris

16 juin 2010

Bertrand Delanoë a inauguré, mardi 15 juin 2010, un immeuble “plan climat”, ensemble de logements sociaux dans le 18ème arrondissement, écologiquement innovant.
A cette occasion, Bertrand Delanoë a dressé un bilan d’étape de l’action municipale en matière d’éradication de l’habitat indigne.


Pour en savoir plus, téléchargement du dossier de presse de l’éradication de l’habitat indigne sur Paris.fr

2 commentaires à “Lutte contre l’habitat insalubre à Paris”

  1. villette dit :

    Je suis locataire de Paris Habitat depuis maintenant près de 10 ans et tellement heureuse le jour où l’on m’a annoncé que j’aurai mon logement.Je suis seule avec deux enfants et j’ai patienté 14 ans dans le privé avant d’avoir obtenu ce logement.J’ai continué ma vie école ,métro,travail en savourant ma chance.Je viens d’apprendre que dans l’immeuble dans lequel j’habite,un logement est réservé à une gardienne de Paris Habitat qui ne l’habite jamais et le sous loue depuis plus de 10 ans au noir à des gens qui enménagent et déménagent de nuit .Il parait que tout le monde le sait,mais que c’est entré dans les moeurs.Trouvez vous vous aussi cela normal?

  2. Maurice dit :

    Moi dans mon immeuble Paris Habitat, il y a une nana d’une vingtaine d’années qui est au chômage depuis deux ans. Elle élève son gosse de 5 ans, une vraie teigne. Elle n’arrive pas à le contrôler, c’est lui qui fait la loi à la maison. Elle est finalement parvenue à lui trouver une place en crèche pour pouvoir profiter pleinement de ses journées de temps libre avec ses copines.

    Là elle est partie pour deux mois en vacances dans le sud. Elle pourrait remercier chaque jour Paris Habitat de lui offrir un logement aux frais du contribuable mais non, elle passe son temps à troubler ses voisins en laissant son gosse jouer au foot dans l’appartement et en mettant sa musique à fond. Elle ne respecte rien et Paris Habitat refuse de l’expulser.

    Résultat : certains triment toute l’année, payent un loyer au prix du marché, ne trouvent jamais de place en crèche pour leur gosse et ne partent jamais en vacances pendant que d’autres glandent toute l’année, partent deux mois l’été en vacances, payent un loyer au tiers du prix du marché et ont une place en crèche pour leur gosse ce qui leur permet de profiter pleinement de leur journée de chômeur de longue durée. C’est cela la société mise en place par la gauche à Paris. Merci!

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens