ACTUS

La 8ème “Nuit blanche” ou l’importance de la culture en temps de crise

16 septembre 2009

PARIS, 16 sept 2009 (AFP) – La 8ème “Nuit blanche” de Paris, élargie à la banlieue (du 3 octobre au soir au matin du 4), symbolise la volonté du maire PS Bertrand Delanoë d’accorder une part importante à la culture, “respiration plus que jamais nécessaire en ces temps de doute sur l’avenir”.
   “En cette période de crise et de souffrance sociale, nous devons être acharnés à produire de la solidarité et du sens”, a-t-il affirmé mercredi en présentant l’événement.
   Après des interrogations sur le maintien, en période de crise, de cette manifestation gratuite d’art contemporain, “Nuit blanche” (19H00 à 7H00) se déroulera autour de trois parcours: Buttes-Chaumont au nord, Châtelet-Marais au centre et Quartier latin au sud.
   Pour la première fois, des lieux de savoir mythiques comme l’Ecole normale supérieure ou le Musée du Moyen Age (Vème arrondissement), ainsi que le jardin du Luxembourg (VI), se joignent à cette éphémère galerie d’art contemporain à ciel ouvert.
   Elle bénéficiera d’un budget équivalent aux années précédentes (1.150.000 euros, mais partenariats compris) et l’adjoint à la Culture Christophe Girard, “père” de la manifestation, a prévu une fréquentation “entre 1,5 million et 2 millions de personnes”.
   Destinée au plus grand nombre, “Nuit blanche” franchit le périphérique dans 9 villes: Arcueil, Aubervilliers, Clichy-la-Garenne, Gentilly, Les Lilas, Nanterre, Saint-Ouen-L’Aumône, Romainville, Saint-Denis.
   Le choix des responsables de musée d’art contemporain du Val-de-Marne MAC/VAL Alexia Fabre, conservateur en chef et Frank Lamy, chargé des expositions temporaires, pour ordonner Nuit blanche, en marque la dimension métropolitaine. En prélude, une manifestation aura lieu dès samedi après-midi au MAC/VAL à Vitry-sur-Seine.
   Sur les sites de Nuit blanche, une cinquantaine de médiateurs en tenue argentée accompagneront les visiteurs qui le souhaiteront.
   La programmation se veut “onirique”, selon Christophe Girard, et centrée sur les arts plastiques contemporains, productions spécifiques ou oeuvres existantes reformulées en fonction des lieux d’exposition.
   Le parc des Buttes-Chaumont accueillera un projet du Français Noël Dolla associant parapluies rouges, disques dorés scintillant sur les pelouses et bateaux en papier sur le lac, ainsi que trois pièces monumentales de l’Ecossais Nathan Coley délivrant des messages lumineux comme “there will be no miracles here” ou “we must cultivate our garden”.
   Xavier Veilhan, qui expose actuellement au Château de Versailles, proposera à la piscine Pailleron (XIXème) une machine lumineuse, “Le plongeon”.
   A Notre-Dame de Paris, on pourra admirer “Cristaux” de l’artiste suisse Sylvie Fleury, évoquant un chemin de croix ou l’illumination de la foi.
   Pour la première fois, la Grande Mosquée participera en ouvrant son jardin et sa cour à l’oeuvre vidéo de l’artiste turc Sarkis.
   De même pour Normale sup (Vème), avec un parcours vidéo de l’artiste belge Eric Duyckaerts, et une performance sonore de Margarita Gluzberg, à partir de chants d’oiseaux.
   Deux lignes de métro gratuites (11 et 14) fonctionneront pour “Nuit blanche”.
   Cette manifestation a essaimé dans le monde entier, ajoutant cette année Amsterdam et Tel-Aviv aux membres du club. Plus de trente lieux de Saint-Germain des Prés et du Marais (galeries, boutiques, librairies etc.) présenteront dans leurs vitrines des vidéos d’artistes israéliens, en association avec la manifestation “100% Tel Aviv” célébrant les 100 ans de cette ville.

2 commentaires à “La 8ème “Nuit blanche” ou l’importance de la culture en temps de crise”

  1. lefèvre dit :

    L’événementiel c’est de la com, pas de la culture.

    Ne pas confondre.

    Le maire de paris ne travaillait-il pas dans la pub?

  2. Phil dit :

    @ lefèvre (frédéric, de l’UMP?):
    pas d’accord, trop simpliste, ça dépend ce que l’on met dedans!

    la fête de la musique, c’est de l’événementiel ET de la Culture en même temps.
    un grand concert, gratuit par exemple, cela peut être de l’évènementiel ET de la culture.

    la Nuit Blanche est un grand succès populaire et même critique (parfois), et cela s’exporte un peu partout dans le monde, cela vous gène?

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens