ACTUS

Delanoë s’engage à fond pour les véhicules électriques à Paris

11 septembre 2009

PARIS, 11 sept 2009 (AFP) -

Deux ans après Vélib’, le maire de Paris Bertrand Delanoë, en pointe sur les véhicules propres, a donné vendredi le coup d’envoi d’Autolib’, le système de location de véhicules électriques en libre service, dont l’appel d’offres sera lancé “avant la fin de l’année”.
“C’est la première fois au monde dans une grande ville. Cela n’a été fait nulle part, sauf en Allemagne” à une plus petite échelle, s’est enorgueilli M. Delanoë, évoquant l’expérience d’Ulm, une ville de 120.000 habitants.

Alors que le gouvernement présentera le 23 septembre un plan destiné à promouvoir l’achat des “voitures propres”, le maire PS se lance dans cette nouvelle offre de transports en libre service, qu’il a qualifiée de “système révolutionnaire”. Il fonctionnera 24 heures sur 24 et permettra une réduction des émissions de CO2 et de polluants de proximité.
Visitant sur le parvis de l’Hôtel de Ville une exposition d’une quarantaine de véhicules électriques (du bus articulé au vélo à assistance électrique en passant par la voiture et le scooter), M. Delanoë s’est attardé aux stands Smart et Bolloré, les encourageant à accélérer la mise au point de petites voitures électriques. “Une voiture limitée à deux places ne conviendrait pas”, a-t-il indiqué à propos d’Autolib’.

L’appel d’offres pour la délégation de service public concernera dans un premier temps “3.000 véhicules” avec “in fine un objectif de 4.000″, a précisé Annick Lepetit, adjointe PS aux Transports.

Les véhicules seront accessibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept, dans plus de 1.000 stations réparties entre Paris et son agglomération.
L’abonnement devrait être proposé dans une fourchette de 15 à 20 euros par mois et entre 4 et 6 euros la demi-heure d’utilisation. Les véhicules pourront être rechargés à quelque 100 bornes réparties dans la capitale.

Mme Lepetit a ajouté que le syndicat mixte Autolib’ serait installé le 24 septembre et que 26 villes de la petite couronne avaient déjà décidé d’y adhérer.

“Je cherche à faire de Paris une ville moderne, solidaire et audacieuse” a affirmé le maire, se déclarant lui-même “principal promoteur” du véhicule électrique, car il utilise depuis 2001 une Saxo électrique, qu’il ne changera que pour un autre véhicule électrique. “J’ai de la suite dans les idées”, a-t-il dit, rappelant qu’en 1983, il avait conçu “le Montmartre bus” non polluant.

Pensé à l’échelle métropolitaine, Autolib” devrait permettre, sur le modèle de Vélib lancé avec succès il y a deux ans, de limiter la possession de véhicules individuels polluants dans une ville où la majorité des déplacements ne dépasse pas 3 km.

La Ville de Paris encourage déjà les déplacements propres avec une subvention à l’achat de cyclomoteurs électriques (à hauteur de 25% du prix d’achat TTC du véhicule neuf, dans la limite de 400 euros), qu’elle compte étendre aux vélos à assistance électrique (VAE) lors du prochain conseil de Paris (28-29 septembre). Avec un vélo classique, la distance moyenne parcourue quotidiennement est de 4 km et passe à environ 8 km avec un VAE.

Depuis 2001, plus de 200 km d’aménagements cyclables ont été réalisés et d’ici 2014, le total de voies cyclables à Paris devrait être porté à 600 km.

jmg/sm/mmr

AFP

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens