ACTUS

Election d’Amin Maalouf à l’Académie Française

23 juin 2011

J’apprends avec plaisir et émotion l’élection d’Amin Maalouf à l’Académie française.

C’est une œuvre extraordinairement féconde et inspirée qui se trouve ainsi saluée. Au croisement des influences, des langues et des civilisations, Amin Maalouf est un écrivain de la rencontre et du dialogue. Depuis Les croisades vues par les Arabes qu’il publia en 1983 jusqu’à son récent essai sur le dérèglement du monde, il a su aborder, dans une langue extraordinairement vive et originale, le choc du particulier et de l’universel. Et il a parfaitement exprimé l’importance des racines et la richesse des héritages spirituels mêlés.

C’est aussi une grande voix du Liban qui est honorée aujourd’hui, et c’est une satisfaction très particulière de voir entrer sous la Coupole un représentant de ce pays amoureux de la vie, qui se situe au confluent de tant de cultures et de civilisations.

C’est aussi un heureux symbole de le voir élu au fauteuil de Claude Lévi-Strauss, comme pour attester que la chaîne de la curiosité intellectuelle, de l’ouverture d’esprit, de l’exigence et de la générosité ne se rompt pas.

Amin Maalouf est enfin un grand Parisien, qui a sa part à la vitalité et à l’identité de notre ville. J’ai eu l’honneur de signer avec lui le 12 janvier dernier la convention faisant de Paris une ville refuge pour les écrivains persécutés.

Au nom de Paris et en mon nom personnel, je lui adresse mes plus chaleureuses félicitations.

Publiez un commentaire

CréditsConditions d'utilisationsLiens